•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tarifs américains sur l’aluminium : déception et inquiétude dans la région

De l'aluminium

De l'aluminium

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La présidente de la Société de la Vallée de l'Aluminium a exprimé sa grande désolation devant la décision américaine d'imposer une surtaxe sur les exportations d'aluminium.

Marlène Deveaux explique que les entreprises des deux côtés de la frontière seront perdantes, puisque des compagnies américaines dépendent de ce métal canadien.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, entre 300 et 400 personnes oeuvrent dans des entreprises de deuxième et troisième transformation de l'aluminium.

Marlène Deveaux espère que le gouvernement américain reviendra sur sa décision.

« Pour ce qui est de nous, la deuxième et la troisième transformation, tout ça va être affecté parce que lorsque notre clientèle est américaine, est-ce qu’ils vont vouloir payer la surtaxe? Ça, c’est à voir, on n’est pas rendu là encore. C’est à minuit que la surtaxe va être imposée. Je suis une femme positive. Je me dis toujours que M.Trump, connaissant ce qu’il est, selon ses humeurs, peut-être qu’il pourrait encore changer d’idée », explique la présidente.

Son inquiétude est partagée par le président de l'Association de l'aluminium du Canada, Jean Simard. Ce dernier croit que ce sont les PME qui alimentent les grands de l'automobile et de l'aérospatiale qui écoperont le plus de cette surtaxe.

« Ce qui va se produire, c’est qu’il y a des dizaines de milliers de PME de fabrication, de transformation de l’aluminium qui approvisionnent autant le secteur automobile que le secteur de l’aérospatial qui, progressivement, vont se voir en sortie de marché parce que le coût d’approvisionnement augmente considérablement. Les clients qu’ils ont vont commencer à aller chercher des sources d’approvisionnement à l’extérieur du continent américain pour maintenir le coût dans un environnement très compétitif », souligne Jean Simard.

Réaction de Rio Tinto

Rio Tinto analyse présentement quels seront les conséquences de cette surtaxe sur ses usines.

Plus 4000 personnes travaillent pour la multinationale au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Environ 85 % de l’aluminium produit dans la région est envoyé directement aux États-Unis.

« À ce stade-ci, comme la décision a été rendue cet avant-midi, ce qu’on fait présentement, c’est qu’on est en train d’analyser quels seront les impacts pour Rio Tinto au Canada et en attendant, ce qu’on fait, c’est qu’on s’assure de bien approvisionner nos clients nord-américains », explique Claudine Gagnon, porte-parole chez Rio Tinto.

Les travailleurs de l’entreprise se disent quant à eux déçus de cette décision.

« C’est désolant. On va avoir sûrement de la difficulté à vendre de l’aluminium. Il faudra peut-être trouver un autre client, je ne sais pas ce que l’avenir va nous réserver », mentionne un travailleur.


En visite dans la région, le chef du NPD réagit

En visite à Saguenay pour appuyer son candidat Éric Dubois, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a qualifié Donald Trump d'intimidateur.

Il a déclaré que le Canada devait réagir à cette surtaxe sur l'aluminium.

Il s'est d'ailleurs entretenu jeudi avec Justin Trudeau à ce sujet.

« On a parlé. C’était une conversation productive. On va voir ce qu’on peut faire dans l’avenir. Je peux dire que ç’a été une conversation productive. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !