•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil scolaire public anglais de Toronto est un mauvais élève sur les routes

Un autobus scolaire.

Le TDSB compte 19 autobus scolaires dans sa flotte de véhicules utilitaires.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre d'infractions au Code de la route des chauffeurs du conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) a tellement augmenté au cours des deux dernières années que ses véhicules pourraient être retirés de la circulation par la province.

« Je n’en croyais pas mes yeux! », s'est exclamée la conseillère scolaire Pamela Gough, après avoir pris connaissance du rapport préparé par les équipes du TDSB et présenté lors d'une réunion mercredi.

31 collisions en deux ans, des inspections bâclées, des problèmes de sécurité liés aux chargements et des infractions aux restrictions de poids sont certains des problèmes soulevés dans le document.

Environ 250 chauffeurs sont concernés, a précisé Steve Shaw, l'auteur du rapport et directeur au conseil scolaire. Il a ajouté ne pas avoir de données fiables sur le nombre de blessures provoquées par les véhicules du TDSB, mais que la majorité des collisions sont de simples « accrochages ».

Le TDSB gère une flotte de 183 véhicules utilitaires, dont 19 autobus scolaires, selon le rapport.

Un seuil largement dépassé

Le ministère des Transports est l'autorité chargée de fixer le nombre d'infractions tolérées sur une période de deux ans pour les chauffeurs de véhicules utilitaires. Dans le cas du TDSB, cette période expirait en janvier dernier.

Mais en août 2017, le conseil scolaire public anglais de Toronto avait déjà atteint 70 % du nombre.

Steve Shaw, directeur au TDSB
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Steve Shaw, directeur au TDSB

Photo : Radio-Canada

Le Ministère avait alors revu le statut du permis pour véhicules utilitaires du TDSB et l'avait fait passer de « satisfaisant » à « conditionnel ».

En janvier, ce taux avait grimpé à 168 % au-dessus du seuil.

Rectifier la situation

Si d’autres problèmes survenaient, la province pourrait carrément rétrograder le statut du permis du conseil à « insatisfaisant », ce qui, selon le rapport, signifierait que les « fourgonnettes, les camions-bennes, les véhicules lourds et les autobus scolaires du conseil devront être retirés de la circulation ».

Le TDSB sera réévalué par le ministère le mois prochain, a indiqué Steve Shaw. Si la situation s'est améliorée, le conseil scolaire pourrait alors récupérer son statut de « satisfaisant ».

Steve Shaw a aussi affirmé que le TDSB est en train de rectifier la situation.

« Nous nous attachons davantage à faire les choses que nous sommes censés faire et à corriger ces erreurs. »

— Une citation de  Steve Shaw, directeur au TDSB

Mais le conseiller scolaire Alexander Brown, qui présidait la réunion de mercredi, dit qu’il veut savoir comment la situation s’est détériorée ainsi.

« Qu’est-ce qui ne va pas avec nos chauffeurs que nous ayons été passés en revue et que nous soyons possiblement suspendus? », a-t-il demandé.

Des cours pour les chauffeurs

Le rapport indique que tous les chauffeurs du TDSB devront suivre un cours de conduite préventive qui coûtera 60 000 $ au conseil scolaire.

Toujours selon le rapport, tous les chauffeurs devraient avoir terminé cette formation d’ici la fin de l’année scolaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !