•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gare aux tentatives d’extorsion sexuelle sur Internet

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité

La GRC enquête sur des cas d'extorsion sexuelle sur Internet survenus récemment dans la région d'Halifax.

Photo : iStock

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Gendarmerie royale du Canada recommande la prudence aux internautes à la suite de six cas d'extorsion sexuelle sur Internet survenus dans la région d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, cette année.

Dans cinq cas, des hommes ont subi une tentative d’extorsion faite par des femmes. L’âge des victimes varie de 17 à 52 ans.

Durant des conversations vidéo sur Internet, ces femmes demandaient à leurs victimes de faire un acte sexuel. Après quoi, elles les menaçaient de distribuer à leurs contacts un enregistrement de leur geste à moins qu’ils ne paient une certaine somme.

Seulement l’une des victimes a payé la somme exigée, selon les policiers.

Les enquêtes sur certains cas se poursuivent, tandis que d’autres se sont terminées sans accusations parce que les suspectes sont introuvables ou n’ont pu être identifiées.

De plus, aucun enregistrement n’a été distribué malgré la menace.

Toute vidéo ou photographie prise avec un appareil capable de se connecter à l’Internet peut être vue par une personne malintentionnée, explique le sergent-chef Royce MacRae, membre d’un groupe de la GRC qui lutte contre la criminalité technologique.

Un moyen de se protéger de ce type de manoeuvre frauduleuse est de refuser les demandes « d’amitié » provenant d’étrangers, ajoute le policier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !