•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retard de la légalisation du cannabis aura-t-il un impact sur les finances du N.-B.?

Une main tient une feuille de marijuana dans une serre où poussent des plants de cannabis.

Du cannabis dans une serre.

Photo : iStock / OpenRangeStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les revenus anticipés provenant de la vente de cannabis, au Nouveau-Brunswick, devront attendre, puisque le Sénat canadien étudie toujours la question de la légalisation au pays. La date d'entrée en vigueur du projet de loi sur la légalisation demeure incertaine; un vote final sur le projet C-45 est prévu le 7 juin.

La province projetait des revenus de 7,2 millions de dollars dans son dernier budget, pour l'exercice financier 2018-2019.

Les recettes de Fredericton devaient provenir de deux sources, soit des profits que réalisera Cannabis Nouveau-Brunswick, la société d'État qui vendra la marijuana, et des taxes que la province imposera aux fournisseurs.

Ces projections étaient basées sur l'entrée en vigueur de la loi le 1er juillet, mais le gouvernement devra refaire ses calculs : la légalisation ne se fera pas en juillet et l'entrée en vigueur du projet de loi le mois suivant est jugée de plus en plus irréaliste.

Malgré tout, le ministre de la Santé, Benoît Bourque, qui préside d’ailleurs le comité provincial sur la question, soutient qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

« Évidemment, on veut quelque chose qui va s’autofinancier, qui va être autosuffisant, mais on ne cherche pas à faire de gros profits, explique-t-il. Pour cette raison, l’impact financier sera moindre. »

« Il y aura un impact, mais ce n’est pas un impact qui nous inquiète particulièrement. »

— Une citation de  Benoît Bourque, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick
Le ministre Bourque répond aux questions des journalistes.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Benoît Bourque, dit qu'Ambulance NB respecte les exigences de son contrat avec la province.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Des dépenses malgré le retard

Si les revenus se font attendre, les dépenses liées à la légalisation ont quant à elles déjà commencé.

Par exemple, plusieurs magasins de Cannabis NB sont déjà en construction. Le gouvernement assure d’ailleurs que les 20 magasins seront prêts à temps pour la légalisation.

« C'est vrai qu'il y a un coût associé à ça, admet Benoît Bourque. Il y a déjà des coûts qui ont débuté en termes de location de magasins. Il y a des coûts qui vont commencer. Il y en a même un petit peu qui ont commencé aux niveaux de la structure et de la gestion. »

Radio-Canada a d’ailleurs obtenu de nouveaux chiffres concernant l'exploitation de ces magasins :

  • les coûts annuels d'exploitation de chaque point de vente de Cannabis NB s'élèveront à 750 000 $ en moyenne;
  • les coûts annuels de location de chaque magasin atteindront 169 000 $ en moyenne.
Schéma de la façade d'un magasin
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les magasins de Cannabis NB compteront peu de fenêtres.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le gouvernement répète toutefois qu’il n’est pas inquiet. « Nous sommes dans une position de dire que pour deux, trois mois, il n'y aura pas un impact majeur », dit Benoît Bourque.

« Si le délai dure beaucoup plus longtemps. Alors là il faudra peut-être réviser un peu tous nos chiffres. »

— Une citation de  Benoît Bourque, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

Campagne de recrutement

En attendant, le gouvernement a déjà commencé sa campagne de recrutement. Alcool Nouveau-Brunswick, qui gère Cannabis NB, affiche 27 emplois permanents, dont des gérants de succursales et des vendeurs.

Les offres d’emplois indiquent que Cannabis NB recherche des candidats de 19 ans et plus qui ont de bonnes habiletés d'apprentissage.

Les candidats intéressés peuvent se rendre sur le site du gouvernement du Nouveau-Brunswick jusqu'au 6 juin pour poser leur candidature.

Avec les informations de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !