•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ALENA : Freeland revient les mains vides de Washington, mais croit toujours à une entente

Chrystia Freeland parle aux journalistes
La ministre Chrystia Freeland a révélé peu de détails concernant sa rencontre avec le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, est revenue bredouille de sa rencontre à Washington avec le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, à propos des négociations sur un nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Affichant tout de même un certain optimisme après sa visite éclair aux États-Unis, Chrystia Freeland a parlé d'une rencontre constructive, sans toutefois donner de détails.

Chrystia Freeland explique que la négociation demeure concentrée sur les règles d’origine du secteur de l’automobile, où il est important d’aboutir à une bonne entente. Pour Mme Freeland, un accord est nécessaire, mais pas à tout prix. « Il est possible d’en arriver à une entente gagnant-gagnant-gagnant pour les trois pays ».

Le Canada est à la recherche d’une bonne entente, pas n’importe quelle entente. Nous allons y travailler aussi longtemps qu’il faudra pour y arriver.

Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères

D’ailleurs, Robert Lighthizer a déjà indiqué que les pourparlers risquent de devoir se poursuivre l'an prochain, s'ils ne prenaient pas fin en mai.

Lors de cette rencontre, Mme Freeland a par ailleurs plaidé pour une exemption permanente à l'imposition, par les États-Unis, de tarifs douaniers sur les importations d'acier et d'aluminium. Le président Trump a accordé une exonération au Canada et au Mexique jusqu'au 1er juin. Après cette date, les tarifs seront imposés.

Le premier ministre Justin Trudeau a lui aussi plaidé sa cause hier avec le vice-président américain, Mike Pence.

« S'il y a des tarifs qui sont imposés sur l'acier et sur l'aluminium, on va avoir, oui, de la difficulté pour les travailleurs et pour les compagnies ici, au Canada ». « Ça va aussi faire mal à des consommateurs, à des travailleurs et à des industries aux États-Unis, puis je pense que c'est une mauvaise chose », a tenu à rappeler Justin Trudeau.

Mme Freeland s’est également montrée très critique quant à l’argument de la sécurité nationale s’appuyant sur l'article 232 de la loi américaine sur l'expansion commerciale, brandi par les Américains.

« Le Canada considère qu'il est franchement absurde que nous soyons, d'une quelconque façon, considérés comme '' une menace à la sécurité nationale '' des États-Unis », a-t-elle déclaré.

Lors de son entretien avec Mike Pence, le premier ministre Justin Trudeau a également soutenu que le vice-président américain « semblait comprendre très clairement que les questions de sécurité nationale ne s'appliquaient pas vraiment quand on parle d'acier ou d'aluminium du Canada ».

Avec les informations de La Presse canadienne

Accords commerciaux

Économie