•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 65 ans, Élisabeth devenait reine devant les caméras de télévision

    La reine Élisabeth II, sceptre à la main avec sa lourde couronne sur la tête, en procession à la suite de son couronnement.
    Le 2 juin 1953, la reine Élisabeth II est couronnée dans une cérémonie à l'abbaye de Westminster. Photo: Radio-Canada

    Le 2 juin 1953, la cérémonie d'accession au trône de la reine Élisabeth II devient le premier couronnement royal télédiffusé et radiodiffusé dans le monde entier. Radio-Canada déploie de grands moyens pour couvrir l'événement qu'elle diffusera en première nord-américaine.

    C’est par une journée pluvieuse typiquement londonienne que la jeune Élisabeth est sacrée reine. Devant sa décision sans précédent de médiatiser la cérémonie, la BBC met le paquet.

    Quelque 20,4 millions de Britanniques suivent l’événement en direct à la télévision et 11,7 millions à la radio. Pour leur permettre de vivre le couronnement de la reine, la BBC a dissimulé vingt caméras dans l’abbaye de Westminster et une cinquantaine dans les artères de Londres.

    Carte dessinée du centre-ville de Londres montrant le trajet suivi par le cortège royal. La carte illustre un article du magazine hebdomadaire La Semaine à Radio-Canada.Carte indiquant le trajet suivi par le cortège royal du Palais de Buckingham à l'Abbaye de Westminster. Les petits cercles indiquent la position des commentateurs radiophoniques alors que les carrés indiquent l'emplacement des caméras de télévision. Photo : Radio-Canada / Coupure de l'hebdomadaire « La Semaine à Radio-Canada », vol. 3, no 34.

    Cet imposant dispositif permet aussi à tout le Commonwealth d’assister aux célébrations.

    Dès 1952, Radio-Canada prépare l’équipe qui couvrira le couronnement à Londres. Une programmation spéciale est prévue à la radio et à la télévision. Les journalistes Gérard Arthur, Judith Jasmin et René Lévesque feront le voyage à Londres.

    Élisabeth devient « Sa Majesté »

    Notre montage d’archives présente les faits saillants de la cérémonie, dont le serment, l’onction et l’investiture, étape à laquelle la couronne est placée sur la tête de la souveraine.

    C’est l’archevêque de Canterbury Geoffrey Fisher qui officie en l’abbaye de Westminster, lieu où les souverains d’Angleterre se font couronner depuis Guillaume le Conquérant. La cérémonie en entier dure plus de quatre heures.

    Le journaliste René Lévesque est posté à travers la foule pour suivre le cortège royal à sa sortie de l’abbaye de Westminster.

    Au moment où le carrosse royal — le grand carrosse d’apparat — est passé devant nous, j’ai eu tout juste le temps en écarquillant les yeux comme tout le monde d’apercevoir une mince silhouette et de voir un sceptre dans une main frêle et dans l’autre main — encore plus frêle pour porter un tel poids — un globe. Tout le monde dans une petite main surmontée d’une croix.

    René Lévesque

    Une cérémonie en présence du premier ministre canadien

    Comme le montrent nos images, le premier ministre du Canada Louis St-Laurent assiste au couronnement à Londres. Il fait partie des 8251 invités en provenance de 129 pays.

    Quelques jours plus tôt, le premier ministre a proclamé Élisabeth II reine du Canada. Radio-Canada diffuse à la radio son message dans lequel il rend hommage à la reine lui assurant la fidélité de tous les Canadiens.

    L’exploit technique de Radio-Canada

    Page couverture du magazine La Semaine à Radio-Canada du 31 mai 1953 illustrant la programmation spéciale pour le couronnement de la reine.Dans le magazine La Semaine à Radio-Canada du 31 mai 1953, plusieurs pages sont consacrées à la programmation spéciale à la radio et à la télévision pour le couronnement de la reine. Photo : Radio-Canada / Coupure de l'hebdomadaire « La Semaine à Radio-Canada », vol. 3, no 34.

    Radio-Canada souhaitait que l’événement soit vu le plus rapidement possible dans la journée du 2 juin. Elle sera la première radiotélévision d’Amérique du Nord à diffuser le film complet du couronnement de la reine, moins de quatre heures après la fin de la cérémonie, à Londres.

    Cette grande première relève d’un exploit technique et logistique. Radio-Canada doit se coordonner avec la BBC qui tourne l’ensemble de l’événement pour sa diffusion en direct.

    À mesure que les images sont en boîte, les films sont développés à Londres puis transportés par la flotte aérienne de la Royal Air Force jusqu’à l’aéroport d’Heathrow pour être envoyés à Goose Bay, au Labrador.

    De là, un avion-chasseur à réaction de la Royal Canadian Air Force prend le relais jusqu’à l’aéroport de Saint-Hubert.

    Les enregistrements sont par la suite transportés par hélicoptère jusqu’à l’édifice de Radio-Canada à Montréal pour leur mise en ondes.

    Ainsi, à 16 h 15, le premier enregistrement des cérémonies du couronnement est diffusé au Canada.

    Toute cette course à relais fera l’objet d’un documentaire, Opération Pony Express, dont nous vous présentons un extrait. On y voit des militaires transférer les précieuses boîtes de films dans un hélicoptère, qui s’envole en direction de Heathrow.

    Le transport des enregistrements télévisés y est carrément décrit comme une mission.

    La reine Élisabeth II en visite au Canada

    Quatre ans plus tard, du 12 au 16 octobre 1957, la reine Élisabeth II effectuera son premier voyage au Canada en tant que souveraine. Elle marquera à nouveau l’histoire en devenant le premier monarque régnant à ouvrir le Parlement canadien.

    Et pour une seconde fois, Radio-Canada emploiera tous les moyens disponibles pour couvrir ce grand moment dans une monarchie constitutionnelle, dont le Canada relève encore.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    International