•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme électorale : un référendum et quatre options possibles pour les Britanno-Colombiens

Un homme très grand, en complet, parle au micro avec en arrière-plan un drapeau britanno-colombien.

Le procureur général David Eby

Photo : Radio-Canada / Érik Tremblay

Radio-Canada

Les Britanno-Colombiens pourraient devoir répondre à deux questions et à choisir parmi quatre propositions de mécanisme électoral, lors d'un référendum prévu cet automne.

C’est ce qu’a annoncé le procureur général de la province, David Eby, mercredi. Ses recommandations seront présentées au cabinet, en vue du référendum sur la réforme électorale dont la campagne sera lancée en juillet.

Les citoyens pourront choisir de garder le système actuel ou d'indiquer leur préférence pour l'un des trois modèles de représentation proportionnelle.

4 options

  • Système actuel (Système uninominal à un tour)
  • Représentation proportionnelle à deux députés : La plupart des circonscriptions doublent en superficie et chaque parti présente deux candidats. Le parti en tête obtient le premier siège, tandis que le deuxième est attribué en fonction des résultats du vote à l'échelle provinciale.
  • Représentation proportionnelle mixte : Les électeurs votent pour un candidat au niveau régional et pour un parti au niveau provincial. La proportion de votes obtenus par chaque parti détermine le nombre de sièges que celui-ci détient. Ces sièges sont attribués aux candidats régionaux élus, ou à partir de listes fournies par les partis pour compenser la différence entre le vote par candidat et le vote par parti.
  • Modèle mixte de représentation proportionnelle en milieu rural et de vote unique transférable en milieu urbain et semi-urbain : Des députés dans des régions urbaines et semi-urbaines sont choisis par un système de vote unique transférable. Les députés dans les régions rurales sont choisis par un système de représentation proportionnelle mixte.

L'ancien député provincial et observateur de la scène politique John Richards dit être en faveur du statu quo. Il est d'avis que les trois autres options sont trop complexes et ne seront pas populaires auprès des Britanno-Colombiens.

Si cela prend plus de temps à expliquer un système électoral qu'à boire un café, c'est que c'est trop compliqué.

John Richards, observateur de la scène politique

La députée du Parti vert de la Colombie-Britannique Sonia Furstenau n'est pas d'accord. Elle est pour une réforme du système électoral.

« Je fais confiance aux citoyens, dit-elle. Les électeurs de la province sont capables d'avoir ces discussions importantes. Je fais aussi confiance à Elections BC pour fournir de l'information neutre et informer la population à ce sujet. »

La campagne référendaire sera longue, puisqu'elle s'étendra du 1er juillet au mois d'octobre 2018.

Sonia Furstenau considère que cette période de six mois est amplement suffisante pour donner le temps aux citoyens de comprendre les options offertes et de participer au débat.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale