•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre veut empêcher les fermetures « rapides » de résidences pour personnes âgées

Des déménagements hâtifs aux Résidences de la Vallée.
Des déménagements hâtifs aux Résidences de la Vallée. Photo: Radio-Canada / Léa Beauchesne

La ministre responsable des aînés, Francine Charbonneau, envisage de modifier la loi pour éviter une fermeture à la hâte d'une résidence de personnes âgées, comme celle survenue la semaine dernière à Vallée-Jonction.

Une quarantaine de pensionnaires des Résidences de la Vallée ont été appelés à déménager dans un délai de quelques heures seulement.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches n'a eu un avis que de 48 heures. Dans le cas de résidences privées, les bénéficiaires signent un bail et devraient avoir un avis de six mois.

La ministre libérale Francine CharbonneauLa ministre libérale Francine Charbonneau Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Règles plus sévères

La ministre fait valoir qu'il faudrait sans doute changer la loi car, à Vallée Jonction, non seulement ces personnes n'ont pas eu ce délai, mais il faudrait des règles plus sévères lorsqu'il s'agit de personnes âgées.

« Quand un propriétaire décide de mettre fin comme ça, abruptement, puis dire à une femme de 98 ans : tu dois te trouver une autre place à aller, parce que dans deux jours, je ferme les portes et tu ne peux plus rester ici, c’est inacceptable », souligne-t-elle.

Des familles qui ont dû prévoir des déménagements à la dernière minute ont fait part de leur mécontentement la semaine dernière.

Société