•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les innovations technologiques au service de l'exploration minière

Des kiosques d'information à l'activité Explo Abitibi.

Explo Abitibi bat son plein à Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que plusieurs professionnels de l'industrie minière tirent parti du Congrès Explo Abitibi pour solidifier leur réseau professionnel, d'autres en profitent pour échanger sur les nouvelles technologies. Plusieurs spécialistes croient que celles-ci permettront aux juniors d'avoir du succès dans leurs futures explorations.

Un texte de Piel Côté

Le professeur de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et spécialiste en analyse structurale Réal Daigneault croit que les petites sociétés minières doivent puiser dans les plus récentes technologies pour faire de nouvelles découvertes.

« Disons qu'on a peut-être épuisé les méthodes conventionnelles de l'industrie, de façon générale, pour trouver des gisements. Maintenant, il faut utiliser des techniques qui n'existaient pas il n'y a pas si longtemps que ça », dit-il.

M. Daigneault a donné comme exemple l'hydrogéochimie, un procédé qu'utilisent déjà quelques entreprises en Australie.

« C'est nouveau ici, mais si on pouvait aller collecter l'eau souterraine dans un forage et analyser cette eau-là, un peu comme un témoin d'un gisement ou d'un dépôt qui serait relativement près, mais qu'on n'aurait pas vu », a-t-il fait savoir.

Chez Ressources minières Radisson, où l'on utilise la modélisation 3D, la technologie rend de fiers services aux géologues, comme l'explique la directrice de l'exploration, Catherine Jalbert.

La nouvelle technologie nous permet d'avoir une compréhension plus approfondie et plus rapide de nos données.

Catherine Jalbert, directrice de l'exploration chez Ressources minières Radisson

Miser sur l'informatique pour mieux comprendre

Pour Pierre Bérubé, président d'Abitibi Géophysique, il importe aussi de fournir des services de plus en plus efficaces aux minières qui font de l'exploration.

« On peut déjà compter sur des moyens informatiques qui nous permettent de visualiser en 3D toute l'information géophysique que l'on a, mais on sait que trouver une mine c'est de plus en plus difficile; donc, il faut essayer de trouver des technologies qui sont de plus en plus puissantes, qui vont de plus en plus profondément dans le sol et qui permettent de couvrir plus de terrain pour un budget raisonnable. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !