•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis donnent le feu vert au rachat de Monsanto par Bayer

Le groupe allemand Bayer franchit une autre étape vers l'achat de Monsanto.

Le logo de la compagnie Bayer

Photo : Reuters / Marco Bello

Reuters

Bayer a obtenu mardi l'autorisation des autorités américaines de la concurrence de racheter le spécialiste des semences Monsanto, ce qui élimine un obstacle important à la réalisation de cette opération de 62,5 milliards de dollars.

Ce feu vert des États-Unis est assorti d'une condition, a précisé le département de la Justice : que le groupe chimique allemand cède pour environ 9 milliards de dollars d'actifs.

Les cessions réclamées par les autorités américaines « recoupent étroitement » celles demandées par l'Union européenne, a dit une source ayant connaissance de l'accord conclu entre Bayer et l'administration américaine.

Makan Delrahim, qui dirige les services de la concurrence du département de la Justice, a déclaré que les cessions d'actifs acceptées par Bayer étaient « les plus importantes jamais réclamées par les États-Unis ».

Dans le cadre d'accords conclus avec différentes autorités de la concurrence dans le monde, notamment avec la Commission européenne, le groupe allemand s'est engagé à vendre l'intégralité de ses semences de coton, de colza et de soja et ses semences potagères ainsi que ses activités dans l'agriculture numérique.

Il va aussi renoncer à son herbicide Liberty, concurrent du Roundup de Monsanto.

Bayer va notamment vendre à son concurrent et compatriote BASF des actifs générant 2,2 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Ottawa et Mexico n'ont pas donné leur aval

Avant les États-Unis, il avait déjà obtenu le feu vert de l'Union européenne, du Brésil et de la Russie. Il lui manque encore ceux du Canada et du Mexique.

Si l'opération n'est pas bouclée d'ici le 14 juin, Monsanto pourra dénoncer l'accord et solliciter un meilleur prix.

Bayer a déclaré mardi s'attendre à obtenir les dernières autorisations dans des délais très brefs.

L'accord du département de la Justice nous rapproche de notre objectif de créer un groupe leader en agriculture.

Werner Baumann, président du directoire de Bayer, dans un communiqué

Le groupe allemand s'attend à ce que le processus d'intégration de Monsanto commence dès que les ventes à BASF auront été réalisées, ce qui devrait prendre deux mois, selon ses estimations.

Il a annoncé la semaine dernière que les synergies attendues de l'acquisition de Monsanto seraient inférieures d'environ 300 millions de dollars à son précédent objectif en raison de la nécessité de céder davantage d'actifs qu'il ne l'envisageait initialement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Agro-industrie

Économie