•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les professeurs de l’UQTR appuient les travailleurs de l’ABI

Des travailleurs de l'ABI et des professeurs sont rassemblés, le poing levé.

Les travailleurs en lock-out de l'ABI reçoivent l'appui symbolique des professeurs de l'UQTR qui ont eux aussi été mis en lock-out par leur employeur pendant deux semaines.

Photo : Radio-Canada / Pierre Marceau

Radio-Canada

Les quelque 1000 travailleurs en lock-out de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) ont reçu un nouvel appui symbolique. Les professeurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), qui ont eux aussi été mis en lock-out, leur ont offert leur appui sur les piquets de grève.

« On a vécu un lock-out de 14 jours, et je pense qu’il ne faut pas oublier que les employés de l’ABI sont en lock-out depuis 4 mois. Il faut que ça se règle », a martelé le président du syndicat des professeures de l’UQTR, Ismaïl Biskri.

Il en a profité pour dénoncer les employeurs qui décident de décréter des lock-out.

Le lock-out, parce qu’on l’a vécu, est une mesure sauvage qui n’amène rien de bon.

Ismaïl Biskri, président du syndicat des professeurs de l'UQTR

Une délégation d’une quinzaine de professeurs a remis mardi matin un chèque de 5000 $ aux travailleurs de l’usine de Bécancour.

« C’est un appui important, d’autant plus que ce n’est pas dans notre domaine, dit le président du Syndicat des métallos, section locale 9700, Clément Masse. Ils ont vécu ce que c’était un lock-out. Je pense que ça sensibilise les gens de vivre ça. »

Au cours des dernières semaines, le syndicat et la partie patronale ont rencontré individuellement le médiateur au dossier, Lucien Bouchard, mais ne sont pas encore retournés à la table de négociation.

Avec les informations de Pierre Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail