•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain : le fédéral est maintenant responsable, selon John Horgan

John Horgan, derrière un podium, devant des drapeaux britanno-colombiens, répond aux questions des journalistes.
Nous ferons tout notre possible pour protéger nos côtes, répète le premier ministre John Horgan. Photo: Radio-Canada / Erik Tremblay
Radio-Canada

L'achat du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan par le gouvernement fédéral ne change absolument rien pour le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, si ce n'est que la responsabilité des conséquences environnementales et économiques du pipeline est maintenant entre les mains d'Ottawa, selon lui.

Un texte de Dominique Lévesque et Julie Landry

Déjà mardi matin, le premier ministre britanno-colombien, en entrevue à l'émission Early Edition, de CBC, affirmait qu'il n'est pas question pour l'instant d'abandonner sa demande de renvoi en Cour d’appel provinciale afin de savoir s’il peut restreindre la quantité de bitume sur son territoire.

En conférence de presse, il a précisé que la cause juridique ne traite pas d’un projet précis (comme Trans Mountain), mais plutôt d’une substance (le bitume). La question au sujet de la compétence demeure donc, quel que soit le propriétaire du pipeline.

La bonne nouvelle, s’il y en a une aujourd’hui, est que le gouvernement du Canada est maintenant responsable du plan de protection des océans. S’il y a des lacunes dans ce plan, je pourrai parler directement aux propriétaires du pipeline.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

D’après John Horgan, le ministre des Finances, Bill Morneau, devra expliquer aux contribuables, dont ceux de la Colombie-Britannique, comment il « jette » les dollars qu'ils ont payés en impôts après les avoir si durement gagnés. « S’il croit que construire un pipeline pour exporter du matériel brut vers d’autres régions pour créer des emplois et de la richesse ailleurs, il devra en être responsable », a déclaré le premier ministre.

John Horgan promet de continuer de faire tout ce qui est humainement possible, tout en respectant la loi, pour éviter les conséquences catastrophiques d’un déversement de bitume. Il encourage les Britanno-Colombiens à continuer d’exprimer leur opposition, tant et aussi longtemps que ça se fait dans la paix.

Gaspillage de l’argent des contribuables : Andrew Wilkinson blâme John Horgan

Gros plan sur Andrew Wilkinson avec derrière, en flou, des drapeaux de la Colombie-BritanniqueLe chef du parti libéral Andrew Wilkinson accuse John Horgan de gaspiller l'argent des contribuables. Photo : Radio-Canada / Mike Mcarthur

L’argent des contribuables dépensé pour le pipeline de Kinder Morgan est la responsabilité de John Horgan, selon le chef du Parti libéral de la Colombie-Britannique, Andrew Wilkinson.

« Le premier ministre Horgan prétend que ses stratégies ratées n’ont rien à voir dans la destruction des relations avec Ottawa, la Saskatchewan et l’Alberta et la panique des investisseurs qui pensent maintenant que la Colombie-Britannique est un endroit dangereux où investir », a avancé M. Wilkinson en point de presse mardi.

Le premier ministre Horgan doit s’avancer et admettre sa responsabilité pour cet échec total du gouvernement NPD.

Andrew Wilkinson, chef du Parti libéral

D’après le chef de l’opposition, les contribuables canadiens portent maintenant le fardeau de 12 milliards de dollars pour un projet qui aurait dû être financé par le secteur privé. « C’est entièrement la faute à John Horgan », a-t-il ajouté.

Le Parti vert se sent trahi par le gouvernement fédéral

Andrew Weaver, derrière un microphone, en point de presse devant l'édifice de l'Assemblée législative de Victoria. Le chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Andrew Weaver, s'oppose à l'achat du pipeline Trans Mountain par le gouvernement fédéral. Photo : Radio-Canada / Erik Tremblay

Le chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Andrew Weaver, dénonce aussi l’achat du pipeline par Ottawa. Il dit ne pas avoir été surpris et croit que Kinder Morgan voulait se sortir du projet qui pourrait s’avérer moins lucratif que prévu. « Nous sommes profondément déçus de voir que le gouvernement fédéral assume les risques financiers de cette façon. Je crois que c’est téméraire et que ce n’est pas la bonne façon de procéder », a-t-il avancé lors d’un point de presse mardi.

Justin Trudeau a prétendu s’attaquer aux changements climatiques, a prétendu être là pour l’avenir. Il nous a trahis. [...] Il devrait avoir honte.

Andrew Weaver, chef du Parti vert

Andrew Weaver a réitéré son appui au gouvernement John Horgan dans cette lutte et a indiqué aux journalistes que celle-ci n’était pas terminée, qu’il ne croit pas que le pipeline verra le jour.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale