•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entrepreneurs et étudiants brassent des affaires en Beauce

Des étudiants et des entrepreneurs sont assis sur des chaises, devant des tables de travail, à l’intérieur d’une salle de classe. Les étudiants prennent des notes à l’aide d’un ordinateur portable.
Saint-Georges accueille cette année l’événement Savoir Affaires. Photo: Radio-Canada / Martine Côté
Radio-Canada

Des étudiants universitaires et des entrepreneurs de la Beauce mettent leurs connaissances à profit pour trouver ensemble des solutions innovantes aux problèmes propres à la réalité économique de la région.

Un texte d’Alain Rochefort

Saint-Georges, en Beauce, est l’hôte cette année du Savoir Affaires, un événement organisé par l’Université du Québec au cours duquel huit équipes composées chacune de six étudiants jumelés avec deux entrepreneurs proposent un projet chaque jour.

Lundi, des solutions ont été proposées pour stimuler le tourisme en Beauce. Mardi, les équipes se creusent les méninges sur les produits forestiers. Mercredi, ce sera l’agroalimentaire et, jeudi, l’industrie manufacturière à l’ère du numérique.

Des étudiants de tous les domaines

Les étudiants mis à profit proviennent de différentes facultés. Ils sortent de leur zone de confort pour explorer d’autres domaines. Sébastien Tremblay étudie en sciences comptables à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), campus Levis.

« On nous explique c’est quoi la problématique de l’entreprise. On se met en équipe, on soumet des idées, on les rassemble. Le but est de rassembler le plus d’idées ensemble, on trouve un sujet pour créer un plan d’affaires et on présente notre projet, un plan d’affaires à la fin de journée », indique-t-il.

La directrice générale du conseil économique de Beauce, Hélène Latulippe, est heureuse de voir des universitaires proposer des idées pour développer sa région.

« La Beauce, c’est le pays de l’entrepreneuriat. Il faut toujours garder notre économie vivante, souligne-t-elle. On a vu que [Savoir Affaires] est une belle occasion pour nous de stimuler, diversifier et dynamiser notre économie. »

On a beaucoup d’entreprises manufacturières dans la région, mais un gros problème de main-d’œuvre, donc il faut automatiser, robotiser, informatiser, donc [jeudi sera] une journée à saveur technologique.

Hélene Latulippe, directrice générale du conseil économique de Beauce

Des projets deviennent réalité

Au fil des ans, des projets sont devenus réalité, tel que l’explique Philippe Hort, adjoint au vice-recteur à la formation et à la recherche à l’UQAR, campus Lévis.

« Des projets sont ensuite repris, notamment la biomasse forestière qui se développe près de La Tuque émane du Savoir Affaires en 2011, au Centre-du-Québec. On veut faire du biocarburant », souligne M. Hort.

L’événement Savoir Affaires est présenté pour une septième année.

Avec les informations de Martine Côté

Économie