•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Asselin a comparu pour le meurtre de son père

François Asselin dans une voiture de police.

François Asselin à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

François Asselin est accusé du meurtre non prémédité de son père Gilles Giasson. Il a comparu brièvement mardi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

Le suspect fait aussi face à des accusations d'outrage à un cadavre. L'homme de 35 ans était déjà détenu à Sherbrooke pour le meurtre d'un de ses collègues de travail.

Il est arrivé mardi matin au palais de justice, en s'exclamant devant les caméras. Selon l'acte d'accusation, le meurtre de Gilles Giasson aurait été commis vers le 8 mai et le corps aurait été disposé entre le 8 et le 11 mai. Ces gestes seraient donc survenus plus d'une semaine avant le meurtre du collègue de travail de M. Asselin, François Lefebvre.

Une quinzaine de personnes dont des membres de la famille du suspect et de la victime ont assisté à la comparution du suspect. Une partie de la preuve a été remise à l'avocate de la défense. Le reste de la preuve lui sera remise le 31 juillet, lors de son retour en cour. D’ici là, M. Asselin ne peut communiquer avec 19 personnes, dont des témoins et des membres de sa famille.

« Le Code criminel prévoit la protection des témoins, la protection évidemment des victimes, dans ce cas-ci, de la famille de la victime. Alors, c'est dans cette optique-là que la poursuite aujourd'hui a demandé et obtenu une interdiction pour l'accusé de communiquer avec des témoins directs de l'événement ou avec des gens reliés au défunt », indique le procureur de la Couronne, Julien Beauchamp-Laliberté

L'accusé demeure détenu jusqu'à sa prochaine comparution.

Gilles Giasson, 67 ans, était porté disparu depuis plus de deux semaines.

Des recherches ont été effectuées au site d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès par la Sûreté du Québec pour tenter de trouver des indices sur sa disparition.

Après une découverte lors des fouilles, les policiers considéraient avoir suffisamment d'éléments de preuve pour demander que des accusations soient déposées contre François Asselin.

La Sûreté du Québec indique qu'elle réévalue sa stratégie mardi matin et étudie toutes ses options. Pour l'instant, aucune fouille n'est prévue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !