•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du bidonville à la scène internationale, le Landfill Harmonic éveille Regina

Une adolescente Paraguayen du Landfill Harmonic joue sur un violoncelle fabriqué à partir d'un bidon trouvé dans un dépotoir. Derrière elle un jeune homme joue de la harpe, elle aussi en matériau de récupération.

Une répétition du Landfill Harmonic en vue de leur tournée à Regina

Photo : Radio-Canada / Craig Edwards

Radio-Canada

Des musiciens originaires d'un bidonville du Paraguay feront résonner leurs instruments issus de la récupération de déchets cette semaine à Regina.

Ces jeunes du Landfill Harmonic joueront des chefs-d’oeuvre de la musique classique sur des instruments fabriqués à partir de matériaux récupérés de dépotoirs.

Liant différentes communautés de la Saskatchewan, ces musiciens participeront à une célébration de la Première Nation de Piapot. Ils joueront aussi dans des écoles et au 87e Congrès des sciences humaines 2018. Le reste du public pourra découvrir leur talent lors d'un récital vendredi 1er juin à l'église Living Hope Alliance.

Inspiration

L’aventure du Landfill Harmonic a inspiré le monde éducatif de Regina. Sur leur exemple, de jeunes écoliers de la ville ont mené des projets mêlant art et activisme pour sensibiliser le public à des problèmes leur tenant à coeur. Certains ont pu revivre l’histoire des jeunes paraguayens en créant, eux aussi, leurs propres instruments à partir de matériaux de récupération.

Ce projet a montré aux élèves que les arts ont le pouvoir d’entraver l’oppression, de dépasser les barrières et d’unir les gens.

Écoles publiques de Regina

Du dénuement aux plus grandes scènes

L’histoire commence en 2008 lorsque Luis Száran, directeur de la fondation Sonidos de la Tierra (Sons de la Terre) parvient à rassembler des jeunes du bidonville de Cateura, au sud du Paraguay, pour leur transmettre sa passion. Selon ce musicologue aujourd’hui retiré du projet, l’objectif de départ n’est pas d’en faire de grands musiciens, mais d’en faire de bons citoyens.

Notre message est de montrer que la culture est un besoin de base de l’humanité, que la musique peut changer des vies.

Favio Chavez, directeur et cofondateur du groupe

Très vite, les quelques instruments disponibles ne suffisent pas. Le groupe fait alors appel à un homme vivant de la récupération des déchets du dépotoir pour créer de nouveaux instruments à partir des seuls matériaux qu'il peut se permettre d'acheter : les déchets du bidonville environnant.

Même quand on vit dans les conditions les plus défavorables, on ne doit jamais cesser de rêver. Ne rien posséder n’est pas une excuse pour ne rien faire.

Favio Chavez, directeur musical et cofondateur du groupe

L’orchestre bénéficie d’une renommée internationale lui permettant de véhiculer son message d’écologie et d’humanisme dans toutes les sphères de la société.

Saskatchewan

Pauvreté