•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec étudiera le comportement du bar rayé en hiver, en Gaspésie

Un bar rayé dans une rivière.

Le stock de bars rayés du sud du golfe du Saint-Laurent est maintenant estimé à près d'un million de reproducteurs.

Photo : Pêches et Océans Canada/Meghan Wilson

Radio-Canada

Le ministère de la Faune va entreprendre une étude pour comprendre le comportement du bar rayé en hiver, en Gaspésie.

Un texte de Jean-François Deschênes, en collaboration avec Sylvie Aubut

La présence de ce poisson est récente, en Gaspésie. Il a plutôt l'habitude de se reproduire dans la rivière Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

L'an dernier, le ministère a mis au point une technique qui permet de déterminer la présence du poisson, sous la glace des cours d'eau.

La biologiste à la direction régionale du ministère de la Faune, Valérie Bujold, affirme que cette technique sera utilisée pour l'étude à venir.

On veut suivre l’évolution, autant au niveau spatial, c’est-à-dire : quelles sont les rivières où il y a du bar rayé l’hiver [...]. Est-ce que dans ces rivières-là, c’est récurrent?

Valérie Bujold, biologiste à la direction régionale du ministère de la Faune
Un bar rayé du fleuve Saint-Laurent.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un bar rayé du fleuve Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Une centaine de poissons morts ont été trouvés sur les rives des rivières Malbaie, Grande-Vallée et de l'Anse au Griffon, ces dernières semaines.

Même si on soupçonne que l'hiver hâtif, combiné à un printemps plutôt froid, a pu fragiliser les bars rayés, une étude sera entreprise pour faire la lumière.

La biologiste estime que de prime abord, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. « Ce n’est pas nécessairement synonyme d’un phénomène incroyable, ça ne veut pas dire que tous les bars rayés qui ont pu passer l’hiver en Gaspésie sont morts. C’est probablement plutôt les individus les moins bien préparés ou les plus faibles qui n’ont pas réussi à passer au travers. »

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement