•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les familles, les victimes silencieuses des homicides

Radio-Canada

Des familles de victimes d'homicide ont pris part dimanche à une marche organisée par le groupe Manitoba Organization for Victim Assistance. Parties de La Fourche, à Winnipeg, elles se sont dirigées vers le palais législatif, où un jardin permanent a été inauguré.

Plusieurs dizaines de personnes ont ainsi marché pour la cause. Parmi eux, beaucoup de parents venus avec des photos d'un enfant victime d'homicide comme Kathleen Bremner, dont le fils, Jordan Thomas, est mort en décembre à l'âge de 18 ans.

« Beaucoup de gens ne comprennent pas ce que traversent les familles. Ils ne savent pas comment se comporter avec elles », estime la mère de famille.

« Pour nous, être entouré de gens qui ont vécu la même chose que nous, c'est important. »

Pour la Manitoba Organization for Victim Assistance, il est important de rappeler que l'entourage des victimes est aussi touché par la tragédie.

« Cela touche la famille, les amis et toute la communauté », souligne la directrice générale de la Manitoba Organization for Victim Assistance, Karen Wiebe

Elle mentionne aussi la solitude qui habite parfois les familles, face au deuil et aux démarches qui doivent être faites. Elle estime d'ailleurs qu'il n'y a pas assez de soutien pour épauler les familles.

« Quand un être cher est victime d'un homicide, on n'a pas l'habitude de parler avec la police, avec le système judiciaire, et tout d'un coup, on se retrouve au milieu de tout ça », fait remarquer Karen Wiebe.

Après la marche, un buisson a été planté dans un jardin permanent en souvenir des victimes d'homicide.

La Ville de Winnipeg affiche toujours un taux d'homicide parmi les plus hauts du pays. En 2016, Statistique Canada a recensé 42 homicides à Winnipeg, un taux de 3,19 pour 100 000 habitants.

Manitoba

Crimes et délits