•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 50 000 signatures pour des injections de vitamine C au Québec

Nathalie Prud'Homme reçoit des injections intraveineuses de vitamine C.
Nathalie Prud'Homme reçoit des injections intraveineuses de vitamine C. Photo: Radio-Canada / David Richard
Radio-Canada

Le combat de Nathalie Prud'Homme pour que les patients québécois atteints de cancer obtiennent des injections de vitamine C dans la province se poursuit. Elle déposera mardi une pétition à l'Assemblée nationale, signée par près de 50 000 personnes.

Un texte de Fanny Samson

« On espère qu’on va être entendus et qu’on va voir des choses se débloquer », lance-t-elle.

Nathalie Prud’Homme, atteinte d’un cancer en phase terminale, reçoit des perfusions de hautes doses de vitamine C depuis plusieurs mois. Elle devait se rendre à Ottawa pour obtenir son traitement, puisqu’il n’est pas disponible au Québec.

Elle affirme que ces injections soulagent les différents symptômes liés à sa maladie et à la chimiothérapie, tout en améliorant sa qualité de vie.

Depuis, elle a réussi, avec l’aide de son député, à obtenir des injections dans un Centre local de services communautaires (CLSC) près de chez elle, à Saint-Jérôme.

Je ne peux pas accepter d’être la seule au Québec à recevoir des injections de vitamine C.

Nathalie Prud’Homme

En quelques semaines seulement, sa pétition sur le site de l’Assemblée nationale a récolté près de 50 000 noms.

« Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec que les médecins puissent prescrire de la vitamine C par perfusion et que les patients puissent recevoir leurs traitements, au Québec, par des professionnels de la santé autorisés », peut-on lire.

Une autre pétition avait été lancée sur un autre site web et près de 15 000 signatures avaient été recueillies.

Le député de Saint-Jérôme, Marc-Bourcier, et Nathalie Prud'homme.Le député de Saint-Jérôme, Marc-Bourcier, et Nathalie Prud'homme Photo : Facebook/Marc Bourcier

Des injections à Montréal?

La clinique Montreal Oncology Research étudie ses options pour pouvoir éventuellement offrir des injections de vitamine C, indique l’infirmière coordonnatrice de recherche, Christine Masson.

Pour le moment, une seule patiente reçoit ce traitement. « Au Québec, on n’est pas autorisés encore à donner ça, donc il faut vraiment établir un protocole », dit-elle.

Étant donné qu’il n’y a pas beaucoup de données, les médecins ne sont pas [...] autorisés à pouvoir le donner, contrairement à Ottawa, où les naturopathes sont reconnus.

Christine Masson, infirmière coordonnatrice de recherche au Montreal Oncology Research

Un traitement controversé

Le combat de Nathalie Prud'Homme pour l'accessibilité à ce traitement non conventionnel a suscité la controverse sur les réseaux sociaux.

« Je vais aller déposer ma pétition, il y a plein de gens qui en veulent. Ceux qui n’en veulent pas, qu'ils n’en prennent pas [...] On ne parle pas d’une cure miracle qu’on veut vendre », précise-t-elle.

Nathalie Prud'Homme.Nathalie Prud'Homme Photo : Radio-Canada / David Richard

Elle affirme que sa lutte ne cache aucun but, mais vise plutôt à soulager des gens mourants.

« On n’est pas dans la légalisation d’un traitement contre le cancer [...], je parle d’un traitement complémentaire à la chimiothérapie », souligne Nathalie Prud'Homme.

Ce traitement n’a par ailleurs pas été homologué par Santé Canada ni par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. Il n’a pas reçu l’aval des médecins en raison de recherches médicales insuffisantes.

En février dernier, le président de l’Association des médecins hématologues et oncologues du Québec, Martin Champagne, affirmait pour sa part qu’il est « inapproprié et non éthique d’administrer de la vitamine C » en l’absence d’une étude clinique démontrant les bénéfices d’un tel traitement.

Québec

Cancer