•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les caquistes ne s'entendent pas sur le modèle de garderies à privilégier

François Legault devant son autobus avec le slogan « L'équipe du changement 018 »
Le chef de la CAQ, François Legault, à son arrivée à Lévis pour la fin du congrès du parti Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
La Presse canadienne

Une dizaine de manifestants ont dénoncé, dimanche, les positions de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière de garderies.

Ils se sont pointés tôt dimanche matin au centre des congrès de Lévis, où les caquistes sont réunis en congrès national, et ont distribué des tracts.

Selon les membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ), il faut dire « Non aux propriétaires de garderies privées déjà largement subventionnés qui souhaitent encore plus d'argent », et « Oui au développement des CPE et des milieux familiaux publics ».

La présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon, a d'ailleurs signalé qu'un dossier de l'Observatoire des tout-petits lancé la semaine dernière a souligné la qualité supérieure des CPE et des milieux familiaux publics.

Il ne faut pas que la CAQ reproduise le « modèle libéral », a-t-elle prévenu.

Points de vue divergents

Les caquistes ne s'entendent pas sur le modèle de garderies à privilégier. Samedi, en point de presse, le chef de la CAQ, François Legault, a défendu les CPE, qui ont « en moyenne une meilleure qualité », selon lui, et a affirmé qu'il fallait les privilégier.

Du même souffle, le chef caquiste a également dit que des garderies privées offrent de bons services.

De son côté, la porte-parole de la CAQ en matière de famille, Geneviève Guilbault, a affirmé dimanche que la CAQ ne favorise « aucun modèle » en particulier, et a insisté sur l'importance de laisser le libre-choix aux parents.

Selon le député de La Peltrie, Éric Caire, il n'est pas vrai que les services en garderies privées subventionnées sont de moins bonne qualité. « Je veux bien qu'une étude me dise que j'ai tort, vos enfants ont été mal servis, mais ce n'est pas vrai, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise », a-t-il déclaré.

Politique provinciale

Politique