•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bactérie de la gourme continue sa progression dans les écuries des Maritimes

Le Nouveau-Brunswick touché par la bactérie de la gourme

La bactérie de la gourme a infecté au moins 7 chevaux dans les provinces des maritimes. Après la Nouvelle-Écosse et l'Île-de-Prince-Édouard, c'est maintenant au Nouveau-Brunswick que la maladie fait son apparition.

Alors que la saison des concours hippiques commence, les propriétaires d'écurie doivent redoubler de prudence.

Avec la bactérie de la gourme qui cour en Atlantique, Michelle Bourque, la propriétaire de l'écurie Maritime Saddle and tack est inquiète. « Ce serait très dangereux pour le petit, affirme-t-elle. Je ne veux pas penser à ce qui pourrait arriver si le bébé l'attrapait. Il pourrait en mourir. »

Dre Nicole Wanamaker, gestionnaire des services vétérinaires régionaux et de la clinique vétérinaire au département des pêches et de l'agriculture du Nouveau-Brunswick, explique que la fièvre, l'abattement et la perte d'appétit sont les premiers symptômes à surveiller chez le cheval, suivis d'écoulement nasal abondant et du gonflement des ganglions.

Dre Nicole Wanamaker, gestionnaire des services vétérinaires régionaux et de la clinique vétérinaire au département des pêches et de l'agriculture du Nouveau-BrunswickDre Nicole Wanamaker, gestionnaire des services vétérinaires régionaux et de la clinique vétérinaire au département des pêches et de l'agriculture du Nouveau-Brunswick Photo : Radio-Canada

La gourme est une maladie contagieuse qui n'infecte pas l'humain, même si ce dernier peut la transmettre.

« C'est très contagieux dans la mesure où la bactérie se propage par contact direct, comme un nez à nez », explique la vétérinaire. Elle ajoute que les contacts indirects sont aussi susceptibles de transmettre la maladie, comme la main d'une personne, des vêtements, des chaussures, des seaux d'alimentation.

Au moins un cheval a été infecté au Nouveau-Brunswick, deux en Nouvelle-Écosse et quatre à l'Ile-du-Prince-Edouard.

C'est la saison des chevaux qui commence. Nous assistons à des ateliers et des compétitions. Les chevaux qui viendront ici seront séparés de ses chevaux. Ils ne seront pas dans la même étable.

Michelle Bourque, propriétaire de l'écurie Maritime Saddle and tack

Pour assurer que d'autres chevaux ne soient pas infectés, rien n'est trop beau : désinfection des abreuvoirs et des tuyaux d'arrosage et de l'étable. Michelle Bourque est ferme. Elle exige aussi que tous ceux qui visitent son écurie désinfectent leurs vêtements ou les changent, s'ils ont été en contact avec d'autres chevaux.

« Les gens doivent informer les autres si leur cheval est infecté, insiste-t-elle. Parce que l'on doit savoir à quels endroits le cheval aurait pu transmettre la maladie et désinfecter les zones en questions. »

Michelle Bourque espère que cela n'affectera pas le concours hippique qu'elle organise en août prochain. Pour cela, il faudra que chacun fasse preuve de prudence pour éviter que la maladie millénaire ne se propage davantage.

D'après le reportage d'Alessandra Rigano

Nouveau-Brunswick

Animaux