•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti conservateur du Québec, la seule « option de droite économique »

Les membres du Parti conservateur du Québec se sont prononcés sur diverses propositions.
Les membres du Parti conservateur du Québec se sont prononcés sur diverses propositions. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie
Radio-Canada

Les militants du Parti conservateur du Québec (PCQ) finalisent leur plateforme électorale cette fin de semaine. Réunis en congrès dans la capitale, la formation politique dit être la seule qui représente la droite économique.

« Je pense que les gens méritent une vraie option de droite économique », a lancé le chef de parti, Adrien Pouliot.

Selon lui, le Parti libéral du Québec (PLQ), le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) sont des partis de centre ou de centre gauche.

On est le seul parti qui est un parti de centre droit, qui veut donner plus de pouvoir aux individus et qui veut un État plus petit avec moins d’impôt.

Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur du Québec

Le PCQ milite notamment pour une charte des droits des victimes d’acte criminel, l'établissement de critères d'acceptation des immigrants et la privatisation de la vente du cannabis.

Fondé en 2009, le Parti n'a jamais fait élire de candidat.


Hausse des membres

Le chef du Parti conservateur du Québec, Adrien Pouliot.Le chef du Parti conservateur du Québec, Adrien Pouliot Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

La formation politique affirme vouloir profiter d'un certain engouement pour la droite au Québec pour faire son entrée à l’Assemblée nationale.

« Notre membership est en hausse, je dirais que, depuis deux mois, on a augmenté notre membership d’environ 20 %, les dons aussi rentrent », a souligné Adrien Pouliot.

Si son parti est porté au pouvoir, le chef veut aussi retirer les radars photo pendant un an afin de vérifier l'impact de ces « trappes à ticket ». Si le nombre d’accidents n’augmente pas, ils seront retirés.

L’important, c’est de pouvoir placer une personne à l’Assemblée nationale pour bâtir justement l’élection suivante.

Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur du Québec

« On est conscients que c’est un marathon, notre combat, que ce n’est pas un sprint », a indiqué M. Pouliot.

Pour l'instant, une soixantaine de personnes ont posé leur candidature. Le parti espère être représenté dans chaque circonscription.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Québec

Politique provinciale