•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes autour des nombreuses excursions à la rencontre d'épaulards

Une baleine sort de l'eau devant un bateau d'observation à moteur rempli de touristes debout
Une baleine sort de l'eau devant un bateau d'observation Photo: Associated Press / Elaine Thompson
Radio-Canada

Des habitants des îles du Golfe dans le sud de la Colombie-Britannique s'inquiètent de voir tant de bateaux d'observation venir regarder de si près le passage des épaulards, une espèce menacée.

« Il y a de plus en plus de bateaux, dit Mairead Boland. Une fois que vous les avez trouvés, ils sont à vous pour la journée. C’est une chose terrible pour les baleines ».

Des habitants des îles ont même rapporté avoir vu jusqu’à 25 petits bateaux suivre des groupes d’épaulards pendant l’été lorsque l’observation des baleines atteint son pic.

Le problème, disent-ils, est accentué par un manque de législation entourant le nombre de bateaux qui peuvent observer ensemble les baleines au même endroit.

Par conséquent, dès qu’un groupe de baleines est remarqué, les propriétaires de bateaux se partagent l'information et des embarcations de Vancouver, Victoria et des îles San Juan arrivent au même endroit.

Les quelque 250 épaulards sont notamment menacés par le bruit de moteur des bateaux qui les empêche de communiquer et de détecter leurs proies.

L’Association Pacific Whale Watching qui représente les intérêts des bateaux dit avoir modifié ses règlements. Les bateaux ne peuvent par exemple pas rester plus de 30 minutes au même endroit si plus de 10 embarcations s’y trouvent.

D'après des informations d'Eric Rankin

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des espèces