•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ est un « mirage » selon le PQ et Lisée

Le chef péquiste Jean-François Lisée. Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Les Québécois vont se rendre compte que la Coalition avenir Québec (CAQ) est un « mirage » et que les convictions de son chef François Legault ne sont pas sincères, ont répété le chef péquiste Jean-François Lisée et ses troupes samedi, à l'ouverture de leur conseil national à Drummondville.

Le Parti québécois stagne dans les sondages à 20 %, loin derrière la CAQ, mais les péquistes estiment qu'ils vont rebondir dans les prochains mois et pendant la campagne électorale de cet automne.

En point de presse, M. Lisée a donné pour exemple la remontée spectaculaire du NPD dans la campagne électorale actuelle en Ontario.

« En Ontario, les gens voulaient se débarrasser des libéraux, ils ont pensé pendant longtemps que les conservateurs étaient le meilleur outil de changement. Pendant la campagne, ils se sont mis à écouter les arguments et finalement ce n'était pas un aussi bon choix, le NPD a une meilleure équipe, est plus crédible. C'est ce qui va se passer au Québec, parce que nos propositions tiennent la route, pas celles de la CAQ. »

Il a laissé entendre que les changements de cap de son adversaire François Legault démontrent que c'est un opportuniste qui ferait tout pour être premier ministre.

Il revenait ainsi sur une entrevue récente du chef de la CAQ, un ancien souverainiste, qui a hésité quand on lui a demandé pourquoi il aimait le Canada.

Je jette un doute sur la sincérité. Il a décidé que pour être premier ministre, il valait mieux ne pas être souverainiste. Ce que je mets en cause, c'est la profondeur de ses convictions. Il n'a pas de convictions profondes là-dessus.

Jean-François Lisée, chef du Pari québécois

Un « souverainiste »

Marc Laviolette, le représentant de l'exécutif de Beauharnois. Marc Laviolette, le représentant de l'exécutif de Beauharnois. Photo : Radio-Canada

Le candidat vedette du PQ dans Pointe-aux-Trembles, Jean-Martin Aussant, a été plus cinglant. Selon lui, M. Legault est encore souverainiste.

« Demandez-lui, la dernière fois que j'ai jasé avec lui, il n'était pas fédéraliste plus qu'il ne le faut », a-t-il lancé en mêlée de presse.

Un militant influent de la gauche du parti, Marc Laviolette, le représentant de l'exécutif de Beauharnois, a surenchéri en rappelant le passé du chef caquiste, comme ancien ministre péquiste qui voulait que le Québec accède rapidement à l'indépendance.

« C'est tout simplement de l'opportunisme, il [M. Legault] veut être chef de quelque chose et être premier ministre, il est prêt à dire n'importe quoi, a-t-il dénoncé. C'est un gros mirage, François Legault, quand il était au PQ, c'était le plus pressé de tout le monde. »

Une « Force bleue » pour le PQ

Afin de remporter « des luttes serrées », le Parti québécois a annoncé samedi la mise en place d'une « Force bleue », qui sera dotée de nouveaux moyens technologiques. Le parti estime avoir la meilleure « machine de guerre » pour remporter le scrutin, afin d'identifier notamment les électeurs qui pourraient être amenés à voter pour le PQ. Aucun détail n'a cependant été révélé aux journalistes.

Mise en garde

La vice-chef du Parti québécois Véronique Hivon. La vice-chef du Parti québécois Véronique Hivon. Photo : Radio-Canada

Dans un long discours pour fouetter les militants, la vice-chef Véronique Hivon a laissé tomber les gants. Elle qui a souvent eu une image non partisane, a attaqué à son tour la CAQ, qualifiée de « Coalition affaiblissement Québec ».

Elle a mis en garde les Québécois contre « l'imposture » et la « supercherie » qui consistent à remplacer un parti qui a fait des compressions par un autre qui va en faire davantage.

Mme Hivon a également douté de la sincérité des nouveaux candidats caquistes, dont plusieurs sont issus des rangs libéraux, tandis que les libéraux comptent parmi leurs ministres d'anciens caquistes.

« Quelle imposture de prétendre que le changement serait de voter pour un parti qui échange constamment des joueurs avec l'autre parti qui est au pouvoir depuis 15 ans : "je t'en envoie trois, retourne-moi en deux, je vais t'en renvoyer un, j'aimerais que tu m'envoies celui-là" », a-t-elle ironisé.

Politique provinciale

Politique