•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’autodéfense pour lutter contre les violences faites aux femmes

Radio-Canada

L'organisme Power Our Women de Regina veut lutter contre la violence familiale et interpersonnelle. Pour cela, il apprend aux femmes à se défendre, mais aussi à identifier les situations à risques avant qu'elles ne dégénèrent.

Selon un rapport publié jeudi, la Saskatchewan est la province qui a le plus haut taux de violences familiales et interpersonnelles rapportées à la police. Entre 2005 et 2014, la majorité des victimes étaient des femmes et la majorité des auteurs, des hommes.

Pour Alena Vidyadhar, qui enseigne l'autodéfense avec l'organisme Power Our Women, toutes les femmes devraient s'adonner à la pratique de cette discipline. Elle pense que cela permet de prévenir la violence familiale, mais aussi de limiter les dégâts lorsque ces situations surviennent.

« Les violences contre les femmes sont faites par des personnes qu’elles connaissent, à qui elles font confiance », insiste Mme Vidyadhar.

Ils commencent par contrôler vos fréquentations, vos déplacements… Ils veulent toujours savoir où vous êtes.

Alena Vidyadhar, enseignante d’autodéfense pour Power Our Women

Pour l'enseignante, l'autodéfense va au-delà des techniques physiques : elle permet aussi aux femmes de découvrir leur force intérieure.

Notre but est [...] d’aider les femmes à se découvrir. Car elles sont toutes fortes.

Alena Vidyadhar enseignante d’autodéfense pour Power Our Women

Alena Vidyadhar est convaincue que la résolution de la violence passe par l'éducation au respect de l'autre dès le plus jeune âge.

D’après le reportage de Zoé Clin

Saskatchewan

Agression