•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dominic LeBlanc compte retirer les permis aux pêcheurs qui s’aventurent en zone fermée

Dominique Leblanc veut retirer les permis des pêcheurs qui s’aventurent en zone fermée

Le ministre des Pêches et des Océans a décrit son plan de match en vue de réguler la saison de pêche en cours, alors que la fermeture de deux zones frappe l'industrie de plein fouet. Il promet aussi aux travailleurs des usines de transformation de poissons que des mesures seront prises pour qu'ils bénéficient de l'assurance emploi.

Un texte de Jean-Philippe Hughes

Le ministre sera intransigeant avec les pêcheurs qui déposeront des casiers dans les zones fermées à la pêche.

En entrevue à Radio-Canada, Dominic LeBlanc a prévenu qu’il retirerait « sûrement » les permis des contrevenants, selon les « circonstances ».

Je l’ai dit publiquement et je le répète : s’il y a des pêcheurs qui pensent qu’ils peuvent [aller] délibérément dans la zone fermée, il y a des conséquences économiques très sévères que je pourrai imposer comme ministre.

Dominic LeBlanc, ministre des Pêches et des Océans

Selon un rapport qu’a consulté le ministre, une trentaine de casiers de pêche ont été trouvés dans la zone fermée. Les cordages de certains casiers ont causé la mort de nombreuses baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent l’année dernière.

Un pêcheur des Îles-de-la-Madeleine, Marco Turbide, a récemment invité les autres crabiers à la désobéissance civile en jettant leurs casiers dans la zone interdite.

« [Un pêcheur] qui décide de ne pas respecter la loi, moi j’appelle ça un geste imbécile, a tranché le ministre des Pêches et des Océans. « C’est un geste pour lequel il y aura des conséquences assez sévères. »

Indemniser les travailleurs des usines

Le ministre a également tenu à rassurer les travailleurs des usines de transformation de poisson.

Moi je le confirme, il n’y aura pas de travailleurs d’usine qui vont manquer de semaines pour être capable de se qualifier pour l’assurance-emploi.

Dominic LeBlanc, ministre des Pêches et des Océans

Plus tôt cette semaine, une quarantaine de travailleurs de l’usine de transformation Ichiboshi, à Caraquet, ont été mis à pied en raison du manque de crabe.

Il s’est dit « inquiet » pour les travailleurs d’usine parce qu’ils « sont les plus vulnérables ».

Les pêcheurs, eux, n’ont pas eu droit à la même bénédiction du ministre.

« Je ne peux pas imaginer qu’on va indemniser les pêcheurs, a plaidé Dominic LeBlanc. « Ce sont des gens qui ont eu des années très très lucratives. »

Le ministre s’est dit ouvert à toutes possibilités et il n’a pas exclus de fermer des zones de pêches à plus long terme.

Île-du-Prince-Édouard

Environnement