•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antivaccination et théories du complot : une chiropraticienne sous enquête

Photo de profil de Dena Churchill.
Dena Churchill. Photo: Facebook

Une chiropraticienne d'Halifax est sous enquête pour sa promotion de théories du complot au sujet de la vaccination et pour avoir formulé des théories ésotériques au sujet du cancer et de la santé en général.

Dena Churchill est une chiropraticienne propriétaire de la clinique Oxford Chiropractic, à Halifax. Elle se présente aussi comme conférencière et auteure, tient un blogue sous le pseudonyme DrSexyMom et anime une page Facebook où elle s’annonce comme une « innovatrice en matière de santé et bien-être féminin ».

C’est sur cette dernière page, ainsi que sur sa page Facebook personnelle, que Dena Churchill publie une grande quantité d’affirmations non fondées.

Dena Churchill devant une projection sur les huiles essentielles.La chiropraticienne Dena Churchill est sous enquête pour ses affirmations non fondées sur la santé. Photo : Facebook

Le directeur général du Collège des chiropraticiens de la Nouvelle-Écosse, John Sutherland, confirme que l’organisation professionnelle a déposé une plainte la semaine dernière contre Mme Churchill.

Mme Churchill a 10 jours ouvrables pour y répondre avant qu’un comité ne décide de la marche à suivre. Le Collège peut imposer des sanctions, allant d’amendes jusqu’à la suspension de son permis, ou référer le dossier à un comité d’examen qui, explique M. Sutherland, suit les mêmes règles qu’un tribunal.

Sur Internet, Mme Churchill promeut entre autres des théories frauduleuses et discréditées tentant d’établir un lien entre les vaccins et l’autisme.

M. Sutherland souligne que les politiques du Collège des chiropraticiens interdit à ses membres de faire des affirmations qui ne peuvent être prouvées.

La vaccination n’est pas une pratique qui fait partie de la spécialisation d’un chiropraticien.

Le Collège des chiropraticiens de la Nouvelle-Écosse publie une note sur son site Internet disant qu’il « reconnaît que la vaccination et l’immunisation sont des pratiques reconnues de santé publique dans la prévention des maladies infectieuses ». Elle rappelle aussi à ses membres que les patients ayant des questions au sujet des vaccins doivent être référés à des professionnels de la santé qui sont compétents en cette matière.

« Nous prenons ces directives au sérieux », dit M. Sutherland, « et nous sommes prêts à recourir à nos procédures disciplinaires pour que les politiques du Collège soient respectées. »

Les vaccins ne causent pas de cancers

Dans une des vidéos qu’elle a tournées, Mme Churchill insinue que le public reçoit des vaccins qui n’ont pas été testés, ce qui est faux. Elle promeut également l’idée fausse que les vaccins peuvent donner le cancer.

« Il y a des vaccins qui préviennent le cancer », rectifie le docteur Scott Halperin, directeur du Centre canadien de vaccinologie et professeur de pédiatrie, microbiologie et immunologie à l’Université Dalhousie d’Halifax.

Scott Halperin.Le docteur Scott Halperin, directeur du Centre canadien de vaccinologie et professeur de pédiatrie, microbiologie et immunologie à l’Université Dalhousie d’Halifax. Photo : CBC

Il donne en exemple le virus du papillome humain (VPH) qui a été développé pour prévenir le cancer du col de l’utérus, et le vaccin contre l’hépatite B, que tous les enfants de la Nouvelle-Écosse reçoivent en 4e année.

« L’hépatite B est l’une des principales causes du cancer du foie », dit le docteur Halperin. « Depuis que nous avons la vaccination universelle contre l’hépatite, les taux de cancer du foie ont chuté de façon vertigineuse. »

Dans ses vidéos, Dena Churchill, qui se présente toujours comme « docteur », promeut faussement la théorie selon laquelle des huiles essentielles peuvent faire disparaître des tumeurs, ou affirme que porter un soutien-gorge présente plus de risques de développer un cancer que de fumer la cigarette, ce qui est inexact.

Elle soutient aussi, à tort, qu’un lavement rectal à base de café a des pouvoirs curatifs pour les patients atteints de cancer.

Conséquences sérieuses des théories non fondées

La promotion de théories non fondées ou discréditées peut être extrêmement dangereux, rappelle Jeannette Boudreau, professeure adjointe au département de pathologie et au département de microbiologie et immunologie de l’Université Dalhousie.

Jeannette Boudreau.Jeannette Boudreau, professeure adjointe au département de pathologie et au département de microbiologie et immunologie de l’Université Dalhousie. Photo : CBC

« Malheureusement, nous avons vu des individus qui ont choisi une thérapie alternative, renonçant à la chimio, la radiation, la chirurgie ou l’immunothérapie », explique Mme Boudreau. « Pendant ce temps, leur cancer a continuer à se propager et est passé d’une maladie traitable à une maladie en phase terminale et aux soins palliatifs, car la personne n’a pas été soignée assez vite. »

Mme Boudreau et M. Halperin sont d’accord pour conseiller au public de s’assurer de consulter de l’information scientifique qui a été révisée par des pairs dans le milieu scientifique.

Le docteur Halperin dit qu’il peut « catégoriquement » assurer au public que celui-ci peut se fier à l’information contenue sur les sites Internet des autorités en santé publique. « Les personnes travaillant en santé publique passent beaucoup de temps à s’assurer que l’information est juste, récente et compréhensible », dit-il.

Dena Churchill n’a pas répondu aux demandes d’entrevues.

D'après une enquête de Michael Gorman de CBC

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Santé