•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congrès de la CAQ : des députés rêvent déjà à leurs limousines

Le chef de la CAQ, François Legault, est entouré (de gauche à droite) des députés Geneviève Guilbault, Simon Jolin-Barrette, François Bonnardel, Jean-François Roberge, André Lamontagne, Nathalie Roy et Éric Lefebvre.

Le chef de la CAQ, François Legault, est entouré (de gauche à droite) des députés Geneviève Guilbault, Simon Jolin-Barrette, François Bonnardel, Jean-François Roberge, André Lamontagne, Nathalie Roy et Éric Lefebvre. Cette photo a été prise le 8 décembre 2017.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

L'optimisme est tel à la Coalition avenir Québec (CAQ) que les députés ne peuvent s'empêcher de s'imaginer au pouvoir. Les ego au caucus prennent de l'expansion, alors qu'on tergiverse sur la distribution des limousines. Certains ont même rêvé à voix haute, comme la députée Nathalie Roy, qui aurait laissé entendre à quelques collègues qu'elle se voie bien vice-première ministre. Parallèlement, d'autres sont inquiets de rester sur le carreau, pendant que François Legault multiplie les annonces de candidats vedettes.

Une analyse de Martine Biron

Le congrès de la CAQ, qui s’ouvre samedi à Lévis, mettra de l’avant l’équipe « du changement ».

François Legault voudra insister sur sa capacité de gouverner, en mettant de l’avant ses recrues à qui il a lui-même collé l’étiquette de ministrable.

C’est le cas de Sonia Lebel, qui porte le dossier de l’intégrité, de Marguerite Blais, qui touchera aux services sociaux, ou encore des candidats économiques comme Youri Chassin et Éric Girard.

D’autres candidats, comme la femme d’affaires Svetlana Solomykina, qui tentera sa chance dans le fief d’Agnès Maltais à Québec, peuvent alimenter les jalousies.

Si les prédictions se matérialisent et que la CAQ remporte les 11 circonscriptions dans la région de Québec, François Legault aura des choix déchirants à faire.

Il y aura de la compétition pour les députés Éric Caire et Geneviève Guilbault, dans le contexte où la représentation régionale compte dans la formation d’un cabinet.

François Legault a aussi mis les bouchées doubles pour recruter des femmes, après avoir promis de former un cabinet paritaire si son parti prend le pouvoir.

Avec l’aide de la députée Lise Lavallée, qui a réussi à convaincre Marguerite Blais de rejoindre le parti, la CAQ est en train de gagner son pari.

Reste maintenant à persuader les femmes de voter pour la CAQ. C’est là une autre histoire.

Le chef caquiste profitera du congrès pour annoncer d’autres candidatures, en plus de présenter de nouvelles personnalités proches du parti.

Le journaliste à la retraite de Radio-Canada Louis Lemieux animera certains ateliers, tout comme la femme d’affaires et avocate bien en vue Janie Duquette et l’animatrice de Québec Sophie Chiasson.

On pourra aussi reconnaître dans l’assistance le neurologue Lionel Carmant, que plusieurs perçoivent comme un futur ministre de la Santé, et l’enseignante spécialisée en francisation des immigrants Tania Longpré.

Financement et immigration

La CAQ espère que la publication, il y a presque deux semaines, de sa plateforme électorale sur l’immigration ne retiendra pas l’attention au congrès.

On a d’ailleurs envoyé la consigne aux députés et aux candidats d’éliminer le mot « test » de leur vocabulaire quand ils seront interrogés au sujet de l’évaluation des nouveaux arrivants sur les valeurs québécoises.

Les stratèges caquistes proposent plutôt de parler d’un « examen » de connaissances des valeurs québécoises.

Ce qu’espère surtout le parti, c’est augmenter son nombre de membres et les encourager à contribuer financièrement.

La CAQ a peu de membres et ils donnent peu.

Une compilation effectuée par La Presse canadienne à la fin de l’année dernière démontrait que la CAQ était en quatrième position au chapitre du financement, loin derrière le Parti québécois (PQ), le Parti libéral (PLQ) et même Québec solidaire (QS).

Ça devient donc un enjeu lorsqu’on veut battre un parti aussi organisé que le PLQ.

Si la CAQ estime avoir relevé le test de la crédibilité avec une équipe et un programme, elle doit aussi se constituer un trésor de guerre.

La pression sur le chef sera énorme pendant la campagne électorale, et François Legault aura besoin d’être bien armé.

Politique provinciale

Politique