•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aînés expulsés à Vallée-Jonction : des familles en colère

Le reportage de Jean-François Nadeau

Les 40 aînés touchés par la fermeture de la résidence pour personnes âgées de Vallée-Jonction ont tous été relogés, mais leur déménagement « rapide » soulève la colère chez certaines familles.

La direction des Résidences de la Vallée a informé ses pensionnaires au cours des derniers jours qu’elle mettait fin à ses activités. Tous doivent quitter les lieux d’ici 16 h, après quoi la résidence fermera définitivement ses portes.

Informé de la situation, le maire de Vallée-Jonction, Réal Bisson, s’est fait plutôt rassurant tôt vendredi matin.

« On m’a dit que l’ensemble des résidents sont replacés dans des résidences pour personnes âgées de la région [de Chaudière-Appalaches] », confirme-t-il.

« Délai très court »

Des familles sont toutefois mécontentes du « délai très court » qui leur a été accordé pour reloger leurs proches.

« On aurait aimé avoir du temps pour trouver des endroits convenables pour ces gens-là. Ça fait 20 ans qu’ils sont là, certaines personnes. Ils sont vraiment malheureux, c’est leur résidence, leur sécurité », dénonce Maurice Fortin, beau-fils d’une résidente.

Claude Bisson, un homme qui a dû aider sa belle-mère à déménager, n'en revient pas du traitement réservé aux aînés.

« Ils ne traitent pas les animaux comme ça, ils ne les mettent pas dehors dans un refuge à cette vitesse-là. Personne n'est capable de se tenir debout », s'insurge-t-il.

Ils dépensent 600 millions dans Charlevoix pour faire un show [le Sommet du G7] épouvantable. Je ne peux pas croire qu’on ne peut pas trouver un peu d’argent pour aider ces personnes-là. Ça n’a pas de sens.

Maurice Fortin, beau-fils d’une résidente
Des déménagements hâtifs aux Résidences de la Vallée.Des déménagements hâtifs aux Résidences de la Vallée. Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

D’autres proches auraient espéré plus de soutien de la part du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches. Le manque de personnel serait la cause principale de cette fermeture.

« On a tous un peu pleuré. On ne se le cachera pas, c’est triste. Nous étions une quarantaine [de résidents]. On est une petite famille. C’est décevant, mais des 16 heures, on en a travaillé. On a tous travaillé fort pour que ça reste ouvert », souligne Caroline Audet, directrice générale des Résidences de la Vallée.

Le CISSS se défend

Le CISSS de Chaudière-Appalaches rappelle pour sa part qu'il s'agit d'une résidence privée. La direction affirme avoir fait le maximum en payant notamment de la nourriture aux résidents au cours des derniers jours.

Informé mercredi de la fermeture imminente, le CISSS soutient que des travailleurs sociaux ont aussitôt été dépêchés sur place afin d’accompagner les résidents et leur famille.

Avec la collaboration de Léa Beauchesne

Société