•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Direction de la santé publique de la Côte-Nord recherche la source d'un cas de tuberculose à Uashat

La bactérie de la tuberculose.
La tuberculose peut être traitée à l’aide d’un antibiotique. Photo: iStock

Un cas de tuberculose non contagieuse a été diagnostiqué chez un enfant de moins de 5 ans de la communauté innue de Maliotenam, selon ce que révèle le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord.

La Direction de la santé publique de la Côte-Nord cherche à trouver la personne qui pourrait être la source de la contagion.

La tuberculose peut prendre une forme contagieuse et une forme non contagieuse.

Cela implique donc que l'enfant chez qui la maladie a été diagnostiquée cette semaine à Maliotenam aurait vraisemblablement été infecté par quelqu'un d'autre.

La Direction de la santé publique de la Côte-Nord est à la recherche de la source de la contagion et invite les gens à consulter un médecin s'ils pensent avoir certains symptômes de la tuberculose.

Les personnes qui ont peut-être une toux chronique de plus de trois semaines avec des crachats, qui ont perdu du poids, qui transpirent la nuit, qui font de la fièvre, qui ont une perte d'appétit, ces personnes-là peuvent consulter au centre de santé ou à l'hôpital.

Richard Fachehoun, de la Direction de la santé publique au CISSS de la Côte-Nord

« On recherche une personne, adulte ou adolescente, qui serait la personne source qui aurait transmis la maladie à cet enfant-là », explique le Dr Richard Fachehoun, de la Direction de la santé publique au CISSS de la Côte-Nord.

Le Dr Richard Fachehoun accorde une entrevue à Radio-Canada.Le Dr Richard Fachehoun, de la Direction de la santé publique au CISSS de la Côte-Nord. Photo : Radio-Canada / Olivier Roy-Martin

Malgré cette éclosion, le taux de prévalence de la maladie sur la Côte-Nord reste inférieur à la moyenne canadienne. On est donc encore loin de parler d'une épidémie.

« Sur la Côte-Nord, entre 2010 et 2017, on a eu une moyenne de deux cas par année », précise le Dr Fachehoun.

Situations à risque

Il a été prouvé que la tuberculose touche davantage les personnes en situation de pauvreté.

Certains membres des Premières Nations sont particulièrement vulnérables.

Le professeur Bernard Roy, de la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval, a mené une étude dans une communauté autochtone où plusieurs répondants ont témoigné de la présence de moisissures dans leur maison et de problèmes d’humidité. « Ce sont des conditions favorables à l’émergence de toutes sortes de maladies, et la tuberculose en fait partie », insiste M. Roy.

Une technicienne de laboratoire procède à une analyse. Les analyses en laboratoire ont permis de confirmer le cas de tuberculose. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

« C'est pas par l'accroissement des ressources médicales qu'on va améliorer sensiblement et substantiellement la santé des Premières Nations », souligne Bernard Roy.

En attendant la réconciliation et une amélioration des conditions de vie des Autochtones, la Direction de la santé publique de la Côte-Nord prend en charge du mieux qu'elle peut les manifestations de cette maladie.

D’après les informations d’Émile Duchesne

Côte-Nord

Maladie