•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huit femmes dénoncent les inconduites sexuelles de Morgan Freeman

Gros plan sur le visage de l'acteur américain Morgan Freeman.
Morgan Freeman Photo: Getty Images / Archives/Frederick M. Brown
Agence France-Presse

Morgan Freeman s'est excusé jeudi après des allégations d'inconduites sexuelles de la part de huit femmes. Après Harvey Weinstein, Kevin Spacey, Bill Cosby ou encore Dustin Hoffman, l'acteur américain est le nouveau poids lourd hollywoodien à se retrouver dans la tourmente.

La chaîne de télévision CNN a dévoilé jeudi une enquête où huit femmes affirment que Morgan Freeman les aurait harcelées ou se serait mal comporté à leur endroit. Les faits se seraient déroulés pendant les tournages de films, au moment de faire la promotion des longs métrages ou dans les locaux de Revelations Entertainment, société de production du comédien de 80 ans.

Certaines des dizaines de personnes interrogées par CNN ont toutefois également décrit un comportement professionnel irréprochable de l'acteur.

« Quiconque me connaît ou a travaillé avec moi sait que je ne suis pas quelqu'un qui intentionnellement voudrait vexer ou mettre quelqu'un mal à l'aise. Je présente mes excuses à toute personne qui s'est sentie mal à l'aise ou non respectée. Cela n'a jamais été mon intention », a plaidé le comédien dans un communiqué.

En gardant l'anonymat, une jeune assistante de production qui a travaillé en 2015 sur le tournage du film Braquage à l'ancienne affirme que Freeman l'a touchée ou caressée en bas du dos, faisait des commentaires sur sa silhouette ou sa tenue. L'acteur de Batman : le commencement ou de La fille à un million de dollars, qui lui a valu un Oscar du meilleur second rôle, aurait un jour essayé à de multiples reprises de lever sa jupe tout en demandant si elle portait des sous-vêtements.

Covedette du film, Alan Arkin « lui a demandé d'arrêter. Morgan a eu peur et ne savait pas quoi dire », poursuit-elle.

Une membre de l'équipe de production d'un autre film, Insaisissable (2013), a fait état d'un comportement similaire, déclarant que Freeman l'avait harcelée ainsi que d'autres assistantes.

Il faisait des commentaires sur notre corps.

Une des femmes qui dénoncent Morgan Freeman

Selon elle, les femmes faisaient alors en sorte de ne porter aucun vêtement serré.

Sept des personnes interrogées par CNN ont décrit un environnement de travail empreint de harcèlement au sein de Revelations Entertainment, parfois en présence, voire renforcé par son associée et cofondatrice de la maison de production, Lori McCreary.

Les femmes citées ont indiqué ne pas avoir dénoncé Morgan Freeman jusqu'alors, par peur de perdre leur travail.

Une journaliste témoigne

L'une des accusatrices est une journaliste de CNN, Chloe Melas, coauteure de l'article dénonçant ses actes. Elle dit avoir fait l'objet de commentaires sexuels déplacés lors d'une conférence de presse pour la sortie du film Braquage à l'ancienne lorsqu'elle était enceinte de six mois.

Morgan Freeman aurait notamment déclaré en la regardant de manière suggestive : « Oh, comme j'aurais aimé être là » lorsqu'elle est tombée enceinte. Les propos ont été filmés et diffusés par CNN.

Selon Mme Melas, l'acteur est également dénoncé pour avoir massé les épaules d'une jeune actrice, pour avoir demandé à une jeune femme ce qu'elle pensait du harcèlement sexuel après l'avoir regardée de haut en bas.

L'acteur noir très respecté a été quatre fois nommé aux Oscars en plus de sa statuette décernée en 2005. Sa dernière nomination remonte à 2010 pour son interprétation de Nelson Mandela dans Invictus, l'une de ses collaborations avec Clint Eastwood.

L'artiste né dans le Tennessee est également connu pour son militantisme pour les droits civiques.

Une récompense annulée?

Le syndicat des acteurs SAG-Aftra, qui vient d'octroyer à Morgan Freeman une récompense honorant l'ensemble de sa carrière d'un demi-siècle, a fait savoir qu'il envisageait de prendre des « mesures correctrices ».

Une porte-parole du SAG jointe par l'Agence France-Presse a souligné que l'acteur connu pour sa voix profonde et sa diction parfaite avait le droit de se défendre, mais que « ces allégations sont convaincantes et dévastatrices ». Le syndicat veut « croire les voix courageuses qui s'élèvent pour dénoncer les incidents de harcèlement ».

Célébrités

Arts