•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert des baleines noires croit que les mesures de protection canadiennes finiront par s'assouplir

Des secouristes sur un bateau à la poursuite d'une baleine qui traîne un filet de pêche et une bouée.
Un expert des baleines noires juge que les mesures de protection adoptées par le Canada dans le golfe du Saint-Laurent sont particulièrement strictes. Photo: Associated Press
Radio-Canada

Un scientifique américain qui étudie la baleine noire de l'Atlantique depuis plus de trois décennies, Charles Mayo, croit que le gouvernement du Canada pourrait assouplir les restrictions à la pêche dans le golfe du Saint-Laurent à mesure qu'il apprend à mieux connaître l'espèce.

Pêches et Océans Canada a annoncé la fermeture temporaire à la pêche d’une zone de 3000 kilomètres carrés à l’est de Miscou, samedi, lorsque deux baleines noires y ont été vues.

Cette fermeture s’ajoute à celle d’une zone statique interdite aux pêcheurs de crabe et de homard pour toute la durée de la saison printanière, parce que c’est dans cette zone que 90 % des observations de baleines noires ont été faites l’an dernier.

Carte des zones de pêches : en beige, la zone sujette à des fermetures dynamiques; en jaune, la zone de fermeture statique; en rouge, la zone de fermée temporairement à partir de mercredi. Carte des zones de pêches : en beige, la zone sujette à des fermetures dynamiques; en jaune, la zone de fermeture statique; en rouge, la zone de fermée temporairement à partir de mercredi. Photo : Ministère des Pêches et Océans

Les pêcheurs de crabe et de homard se sont insurgés contre ces mesures, les jugeant exagérées puisque peu de baleines ont été vues dans le golfe jusqu’ici, et aucune au début de la saison.

Charles Mayo surveille les déplacements des baleines noires au large de Cape Cod depuis des années pour aider l’État du Massachusetts à gérer son industrie des pêches.

Charles « Stormy » Mayo, l'un des fondateurs du Centre for Coastal Studies du Massachusetts.Charles « Stormy » Mayo, l'un des fondateurs du Centre for Coastal Studies du Massachusetts. Photo : CBC

Depuis 10 ans, le Massachusetts ferme des zones de février à avril aux pêcheurs qui se servent d’engins fixes, parce que plus de la moitié du troupeau de baleines noires (environ 252 cette année) s’y rassemble.

La pêche peut reprendre dès que la surveillance aérienne de la zone indique que les baleines sont parties.

Des mesures canadiennes strictes

Selon Charles Mayo, les mesures de protection adoptées par le Canada sont plus strictes, sans doute parce qu’Ottawa n’a pas encore accumulé suffisamment de données sur le comportement des baleines dans le golfe du Saint-Laurent. Leur présence pendant une partie de l’année y est un phénomène récent.

Cette zone n’est pas bien connue, pas plus que la durée de la présence des baleines. Ici, c’est d’une précision d’horloge!

Charles Mayo, expert des baleines noires

Les baleines noires fréquentent les eaux de Cape Cod depuis le milieu des années 1980. Les scientifiques ont donc acquis une très bonne connaissance de leurs déplacements.

Un manque de connaissances

Le manque de données force les scientifiques canadiens à faire des prévisions approximatives au sujet des déplacements des baleines dans le golfe, indique M. Mayo. Par précaution, Pêches et Océans Canada a donc décrété qu’une zone où serait aperçue une baleine noire serait fermée pendant au moins 15 jours.

« Oui, ça perturbe les pêcheurs qui essaient de gagner leur vie, dit Charles Mayo, mais en dernière analyse, je crois qu’ils vont en bénéficier parce ni les pêcheurs ni les baleines ne peuvent se permettre d’autres mortalités. Si d’autres baleines meurent, les mesures ne vont que se renforcer. »

Photo de l'homme de pont, David Jones, jetant le crabe par dessus bord.Les mesures de protection des baleines noires servent aussi les intérêts des pêcheurs, selon Charles Mayo, puisque d'autres morts de baleines mèneraient à des restrictions encore plus strictes de la pêche. Photo : Radio-Canada / Héloïse Bargain

Charles Mayo estime à 430 le nombre de baleines noires de l’Atlantique qu’il reste dans le monde. Et ce qui est particulièrement alarmant, dit-il, c’est qu’on n’a assisté à aucune naissance cette année.

De 20 à 30 baleineaux naissent normalement chaque année, mais ce nombre diminue rapidement depuis 2010.

« C’est une partie importante de l’équation. Il est vrai que les baleines sont victimes de collisions avec des navires et d'empêtrement dans des engins de pêche. Mais si en plus elles cessent de se reproduire, leur avenir n’est pas très rose », conclut-il.

D'après un reportage de Gabrielle Fahmy, CBC

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches