•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux de forêt au Manitoba : l'évacuation se poursuit

Plusieurs personnes sont assises dans un avion militaire.

Le personnel militaire et les évacués sont assis dans le CC-130 Hercules, prêts à décoller pour se rendre à Winnipeg en provenance de Red Lake, en Ontario. Les personnes évacuées ont été transportées par hélicoptère à Red Lake à partir de Little Grand Rapids, au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Tyler Koschik

Radio-Canada

Jeudi après-midi, le gouvernement fédéral annonçait que l'évacuation par les Forces canadiennes des 1791 habitants des communautés de Little Grand Rapids et de Pauingassi, menacés par de violents feux de forêt depuis lundi, serait terminée avant la fin de la journée.

Selon la porte-parole de Services aux Autochtones Canada, tous les services fédéraux et provinciaux concernés travaillent en continu depuis mardi soir pour assurer l’évacuation complète des habitants de Little Grand Rapids et de celle de Pauingassi, à près de 260 kilomètres au nord-est de Winnipeg.

En raison de la progression rapide des flammes, les dirigeants de la Première Nation Little Grand Rapids, une communauté uniquement accessible par voie aérienne, ont décrété l’état d’urgence et demandé l’appui de la province et du gouvernement fédéral pour procéder à l’évacuation.

Les évacuations coordonnées par la Croix-Rouge ont commencé mardi avec des compagnies aériennes locales. L'aide du gouvernement fédéral a été demandée mardi et approuvée mercredi matin.

Les opérations de sauvetage ont dû s'arrêter, mardi soir, à cause de la fumée et de l'obscurité, et des centaines de résidents ont dû passer la nuit dans le gymnase de l'école de Little Grand Rapids.

Un ciel orange de fumée avec devant, une petite communauté.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La province indique que la fumée est trop dense à Little Grand Rapids pour évacuer les résidents par avion.

Photo : Theresa Eischen

Mercredi, les Forces canadiennes ont dépêché sur place un hélicoptère, qui a permis de transférer les évacués jusqu’à Red Lake, en Ontario, d’où ils ont pu regagner Winnipeg à bord d’un Hercules CC-130.

Ce n’est qu’à ce moment-là que beaucoup des évacués ont enfin pu ressentir un certain soulagement.

Comme Theresa Eischen, en pleurs à son arrivée à Winnipeg. « Il n’y avait pas d’avion, pas de citerne pour éteindre le feu, rien. On était très stressés, on se disait que l’aide n’arriverait jamais », a-t-elle raconté.

Une petite fille traine une valise jusqu'à un avion militaire sur une piste d'attérissage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une jeune fille traîne sa valise vers un CC-130 Hercules à Red Lake, en Ontario, pour être transportée par avion à Winnipeg après que des feux de forêt ont menacé Little Grand Rapids et les Premières Nations Pauingassi au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Leena Leveque raconte elle aussi le danger que représentait le feu au moment de son évacuation. « Le feu est partout autour de la communauté, des maisons ont déjà brûlé. »

Le chef de la Première Nation Little Grand Rapids, Nelson Grenaille, est resté sur place avec 20 autres personnes pour assurer la fin de l’évacuation.

Il décrit la situation comme une « zone de guerre ». « Il y a ces énormes torches orange, et puis la fumée qui arrive », raconte-t-il.

Les feux de forêt sont une source d’inquiétude croissante au Manitoba depuis plusieurs semaines. La province, aux prises avec un épisode de sécheresse grave, a déjà dû faire face à 171 feux de végétation depuis le début de la saison, dont 53 sont encore actifs actuellement.

150 chèvres sauvées des flammes

Un feu s’est notamment déclaré, ce matin, à Ashern, dans la région d'Entre-les-Lacs. Jean Bruel, un fermier qui y élève 150 chèvres, dit s’être réveillé, jeudi matin, face à un mur de feu, à 400 mètres de la ferme où il vit avec sa femme.

« Le feu encerclait la ferme, raconte-t-il. J’ai aussitôt appelé le 911, et comme on a la chance d’avoir un étang sur la propriété, on a démarré les pompes. Tout de suite, les secours ont envoyé un premier hélicoptère, puis des camions de pompiers, puis un hélicoptère bombardier d’eau et encore deux avions, des bulldozers… S’ils n’avaient pas mis les moyens qu’ils ont mis, la ferme brûlait. »

Avec des informations d’Abdoulaye Cissoko et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Feux de forêt