•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveaux locaux pour les élèves fransaskois à Regina : des parents expriment leurs craintes

Une dizaine de personnes sont assises à une table sur laquelle sont disposées des feuilles et discutent.

Des parents expriment leurs craintes au sujet des nouveaux locaux pour les élèves fransaskois à Regina, lors de l'assemblée générale du conseil d'école de Monseigneur de Laval.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'assemblée générale du conseil d'école de Monseigneur de Laval, qui a eu lieu mercredi soir, à Regina, a donné l'occasion à plusieurs parents d'exprimer leurs préoccupations par rapport à l'École St. Andrew. L'établissement devrait accueillir des élèves fransaskois à partir de l'automne prochain, en attendant qu'une nouvelle école soit construite dans le nord de la ville.

Certains parents se sont dits inquiets de l’état des infrastructures de l’École St. Andrew.

Le président du Conseil scolaire fransaskois, Alpha Barry, tout comme la présidente du conseil d'école de Monseigneur de Laval, Josée Levasseur, sont restés optimistes par rapport à la situation.

Mme Levasseur a indiqué qu'elle a visité les lieux, qu’il y a des travaux mineurs à faire, comme l'ajout d'une couche de peinture, mais qu’il s’agit d’un bel espace avec beaucoup de potentiel.

Une somme colossale est avancée par le ministère pour nous mettre dans des conditions acceptables.

Alpha Barry, président du Conseil scolaire fransaskois

Certains parents craignent aussi que les locaux de la nouvelle école rendent ceux de Monseigneur de Laval moins attrayants.

Selon le conseil d'école, une nouvelle école dans le nord de la ville devrait être construite d’ici trois ans.

Des membres de la communauté soucieux

Des inquiétudes existent également dans la communauté de façon plus large. Par exemple, la mère d'un enfant qui aura bientôt à fréquenter l'école élémentaire, Jessica Chartier, craint qu’une répartition nord-sud entre les élèves de la ville sépare les enfants et les amitiés créées avant l’apparition d’une deuxième école.

Le conseil d'école a précisé lors de l’assemblée que les élèves habitant dans le nord fréquenteraient l’École St. Andrew et ensuite la nouvelle école.

Jessica Chartier espère aussi que les organismes communautaires fransaskois continueront à entourer les jeunes dans les deux écoles.

Si aucun organisme francophone n’est présent dans la bâtisse ni n’a aucun rôle à jouer dans les interventions auprès des jeunes, je pense que ça peut avoir un impact [...] sur leur identité communautaire.

Jessica Chartier, membre de la communauté et parent

Des recommandations du conseil

Selon Josée Levasseur, le rôle du conseil d'école est de faire des suggestions au Conseil des Écoles fransaskoises (CEF) en représentant les familles.

Une des recommandations proposées par le conseil d'école est d'informer les parents de l'avancement du dossier du côté du CEF, lorsqu'une annonce officielle sur la nouvelle école aura été faite. Une façon de le faire, pour le CEF, serait la création d’un blogue ou d’une page Facebook que les parents pourraient consulter, selon Josée Levasseur.

Elle estime que de telles mesures éviteraient les rumeurs et les fausses informations et permettraient à tous les parents d’être au courant des derniers développements.

Le conseil d'école dit avoir également fait une recommandation au CEF pour obtenir des services de garde pour la petite enfance et pour les élèves du primaire, avant et après les cours, lorsque l’École St. Andrew sera ouverte, à l'automne.

Alpha Barry parle dans une réunion

Le président du Conseil scolaire fransaskois, Alpha Barry, rappelle que son organisme fait face à un déficit de 2 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada

Pas encore officiel

Du côté du CSF, Alpha Barry a tenté de répondre aux questions des parents mercredi soir, sans trop de précisions toutefois, compte tenu du fait que l'accord entre la province, le CSF et le Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) n'est pas encore signé.

M. Barry a déclaré qu’une entente de principe concernant une nouvelle école à Regina avait été conclue avec le gouvernement, mais que l’annonce officielle sera faite une fois que les derniers détails seront finalisés entre les parties.

Il a précisé que le dossier est actuellement entre les mains des administrateurs et qu'une annonce officielle de la province est imminente.

Il n'y a rien qui m'empêche, aujourd'hui, de croire à la construction d'une nouvelle école.

Alpha Barry, président du Conseil scolaire fransaskois

Le CEF a indiqué qu'il pourra répondre aux questions des parents au sujet de la nouvelle école la semaine prochaine.

Ce n’est pas fini, dit le CPIP

Au cours de l’assemblée de mercredi soir, le représentant du CPIP, Jean de Dieu Ndayahundwa, a tenu, de son côté, à rappeler aux parents que le recours judiciaire que le groupe a déposé en octobre dernier vise aussi, en plus de l’espace, à obtenir des services supplémentaires pour les élèves.

Il faut que les enfants aient les mêmes programmes et services que la majorité anglophone.

Jean de Dieu Ndayahundwa, représentant du Collectif des Parents inquiets et préoccupés

Il fait référence à des services d’orthopédagogues, de conseillers pédagogiques ou encore d’accompagnateurs pour les élèves nouveaux arrivants.

Avec les informations de Raluca Tomulescu

Saskatchewan

Éducation