•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La N.-É. prête à payer pour exposer les photos d’Annie Leibovitz

Annie Leibovitz devant sa célèbre photo de l'actrice Demi Moore
Annie Leibovitz au Musée d'art de Brooklyn, en 2006, devant son célèbre cliché de Demi Moore. Photo: Getty Images / AFP/Timothy A. Clary
Radio-Canada

Le ministre de la Culture de la Nouvelle-Écosse, Leo Glavine, semble prêt à débourser les droits d'auteurs de la photographe Annie Leibovitz, au coeur d'un litige fiscal. L'entente - qui pourrait s'élever à plus de deux millions de dollars - permettrait d'exposer les photos de l'artiste à Halifax.

La collection dormait au Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse depuis près de cinq ans, loin du regard du public.

Les photos pourraient bien se retrouver sur les murs du Musée sous peu.

Mercredi, Leo Glavine a suggéré que la province pourrait payer à Annie Leibovitz les 2,3 millions de dollars qu’elle réclame afin d’autoriser l’exposition.

Je crois qu'il y a une occasion immense d'avoir ses photos exposées au Musée. Il n'est pas hors de question [...] d'exposer les oeuvres d'Annie Leibovitz non seulement en Nouvelle-Écosse, mais aussi à l'extérieur de notre province.

Leo Glavine, ministre de la Culture de la Nouvelle-Écosse

La célèbre photographe américaine avait refusé au Musée la permission de présenter ses oeuvres à cause d’un litige fiscal qui perdure depuis 2013.

Un crédit d’impôt rejeté

L’histoire commence quand une riche famille ontarienne achète 2000 photographies de Leibovitz et en fait don, deux jours plus tard, au Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse.

La famille Mintz s’attend alors à percevoir l’exemption fiscale du gouvernement fédéral pour la « signification culturelle et l’importance nationale » de l’oeuvre. Ce crédit d’impôts doit revenir à l’artiste en guise de rétribution. Mais le ministère du Revenu ne voit pas la collection du même oeil et lui refuse son statut fiscal.

Annie Leibovitz se voit dès lors privée d’environ la moitié des 5 millions promis. Titulaire des droits d’auteur, elle bloque la tenue de l’exposition.

Après quatre tentatives du Musée des beaux-arts, la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels refuse toujours l’exonération fiscale.

Bien que le gouvernement fasse preuve d’ouverture, on ne sait toujours pas quand les oeuvres seront mises à la disposition des visiteurs.

Parmi la collection, on trouve des clichés de John Lennon et Yoko Ono nus et enlacés l’un contre l’autre, de Demi Moore enceinte et de la reine Élisabeth II, entre autres personnalités publiques internationales.

Nouvelle-Écosse

Arts visuels