•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À mi-parcours de son défi, un marathon « ludique » pour Patrick Charlebois à Montréal

Patrick Charlebois les bras dans les airs et trois autres personnes à ses côtés qui franchissent la ligne d'arrivée en touchant de leur ventre une banderole.

Patrick Charlebois a franchi la ligne d'arrivée de son cinquième marathon aux côtés de Laurent Allie, 14 ans (à droite) et aussi de l'aventurier trifluvien Frédéric Dion (à gauche de Patrick Charlebois), qui ont couru une partie du marathon avec lui.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Radio-Canada

Patrick Charlebois avait l'impression d'avoir des ailes durant son cinquième marathon qui a eu lieu aux abords du canal Lachine, à Montréal, mercredi. La présence d'autres coureurs venus l'encourager lui a donné la dose d'énergie dont il avait besoin à mi-parcours de son défi pancanadien.

Un texte de Marilyn Marceau

Le marathonien qui souhaite courir 10 marathons en 10 jours dans 10 provinces a pris le temps de s’arrêter pour prendre des égoportraits et pour parler avec les gens.

Le désir de s’amuser a pris le dessus sur le désir de performer, le temps d’une course.

« La course était vraiment ludique, lance Patrick Charlebois. C’était un marathon gratuit! »

Trois hommes qui prennent un égoportaitAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Trifluvien Frédéric Dion (au centre) tenait à participer à la course de Montréal, pour encourager Patrick Charlebois.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Malgré tout, il a fait un temps très semblable à ses autres marathons. Il a parcouru les 42,2 km en 3 h 14.

Il trouve que le temps a passé vite, surtout comparativement à son marathon de la veille, à l’Île-du-Prince-Édouard.

« Hier, on a couru très tôt le matin dans les champs de patates de Charlottetown, il n’y avait pas personne, le défi était vraiment important au niveau mental », explique-t-il.

Patrick Charlebois aux côtés d'un coureurs. Ils se font prendre en photo par une autre personne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Patrick Charlebois a pris le temps de discuter avec les gens venus l'encourager à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

« Ce que je retiens à travers toutes mes années de course à pieds, c’est surtout ça, les gens qu’on rencontre », dit-il.

Patrick Charlebois a encore 5 marathons à faire. « C’est un éléphant qu’on mange une bouchée à la fois », explique celui qui amasse des dons pour la Fondation Terry Fox durant ce défi.

Je ne me dis pas qu’il reste 210 kilomètres à courir, il ne faut pas que je me dise ça, je vais me décourager, ce n’est pas comme ça qu’il faut penser.

Patrick Charlebois, marathonien

Il y va un kilomètre à la fois, un marathon à la fois.

Patrick Charlebois, une source d’inspiration

Le jeune Laurent Allie est de ceux qui ont couru avec Patrick Charlebois mercredi matin, à Montréal.

À 14 ans, l’adolescent de Saint-Eustache a déjà fait trois marathons.

Laurent Allie qui court sur la piste près du canal LachineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Laurent Allie, 14 ans, a couru trois marathons dans sa vie.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Il a accompagné Patrick Charlebois sur une distance d’un demi-marathon. Le personnage l’inspire par ses exploits de course et sa volonté d’amasser de l’argent pour une cause.

Michel Robitaille, un ingénieur de Boucherville a couru avec lui durant une dizaine de kilomètres. Les deux hommes se ressemblent.

Des gens qui courent près du canal LachineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Robitaille (à gauche) va courir 3 marathons dans l'Ouest canadien avec Patrick Charlebois.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

L’homme de 52 ans souhaite réaliser 10 marathons en 10 mois au Canada et veut amasser de l’argent pour la Fondation Terry Fox. Il lui reste trois marathons à faire et les courra aux côtés de Patrick Charlebois à Winnipeg, Regina et Calgary.

Je me considère comme un grand coureur, je vais avoir terminé 64 marathons cette semaine, mais si je compare avec le temps que Patrick fait et la forme physique qu’il a, ce n’est rien. C’est une personne qui est dans une catégorie à part, tout simplement.

Michel Robitaille, marathonien

Philippe Duvivier et Éric Blais sont venus de Sherbrooke pour courir avec Patrick Charlebois et lui remettre 645 dollars qu’une équipe de leur club de course a amassé pour la Fondation Terry Fox. « C’est un mentor pour nous », affirme M. Duvivier.

Mauricie et Centre du Québec

Course