•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêcher sans cordages pour sauver les baleines

Pêcher sans cordages pour sauver les baleines

Radio-Canada a appris que des pêcheurs testeront, dès cet été, des casiers sans cordages pour éviter les empêtrements de baleines noires.

La fermeture de zones de pêches est la solution la plus radicale pour protéger les baleines noires.

Ces fermetures causent bien des maux de tête aux pêcheurs qui commencent à s'inquiéter sérieusement de ne pas atteindre leurs quotas de pêche pour 2018.

Des bouées de casier de crabes pendent pardessus le pont d'un crabier.Des bouées de casier de crabes pendent par-dessus le pont d'un crabier. Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

D'autres solutions pour protéger les baleines noires commencent à apparaître. Pêches et Océans Canada et les pêcheurs de crabe des neiges planchent actuellement sur de nouvelles options.

Comment ça fonctionne?

L'une d'elles serait d'utiliser des casiers sans cordages. Il n'y aurait plus de cordes, plus de lignes en suspension dans la colonne d'eau.

Les pêcheurs feraient remonter leurs casiers du plancher marin à la surface à l'aide d'un sac gonflable attaché à même les casiers.

Les sacs attachés aux casiers se gonfleraient de CO2 à la suite d'un déclenchement acoustique.

Le directeur général de l'Association des crabiers acadiens, Robert Haché, représente des pêcheurs qui se rendent en haute mer, communément appelés semi-hauturiers.

Selon lui, il y aurait trois initiatives pour arriver à de potentiels casiers sans cordages. Il affirme que le projet vient d'être approuvé par Pêches et Océans Canada et des tests seront effectués après la saison en cours.

Robert Haché, directeur-général de l'Association des crabiers acadiensRobert Haché, directeur général de l'Association des crabiers acadiens Photo : Radio-Canada

Le projet pilote d'une durée de trois ans a commencé en mars 2018 et coûterait environ 2,2 millions de dollars, selon les pêcheurs, et il serait en très grande partie financé par Ottawa.

Autres projets en cours

Les pêcheurs de crabe semi-hauturiers ne sont pas les seuls à soumettre des projets.

L'Union des pêcheurs des Maritimes (UPM), qui représente les pêcheurs de crabe et de homard, a également déposé un projet. Ils visent non pas à éliminer, mais à limiter le nombre de cordages dans l'eau.

« Pour l'instant il y a une grosse trappe pour pêcher le crabe, une trappe et une corde qui monte du fond jusqu'à la surface. [...] Nous ce qu'on propose, c'est 25 plus petites trappes pour deux cordes », explique Dounia Daoud, directrice scientifique avec Homarus, organisme relié à l'UPM.

Dounia Daoud, directrice scientifique chez Homarus.Dounia Daoud, directrice scientifique chez Homarus. Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

C'est pas la même technique de pêche que de soulever une grosse trappe, que de soulever toute une ligne de 25 trappes. C'est plus lourd, il y a des courants, il faut tester la technologie en place et ce que les pêcheurs sont capables de faire.

Dounia Daoud, directtrice scientifique avec Homarus

Le projet de l'UPM n'a pas encore été approuvé par Pêches et Océans Canada.

L'Association prévoit tester ces nouvelles lignes de pêches avec un pêcheur crabier dans les prochaines semaines. Le projet, d'une valeur de 400 000 $ sur deux ans, inclurait une dizaine de crabiers côtiers, selon l'UPM.

Il n'y a pas de projet qui a été soumis pour la pêche au homard pour l'instant.

Du côté de Pêches et Océans Canada, on confirme que les nouvelles technologies de pêche pour réduire le risque d'empêtrement des baleines, comme les engins sans cordages, « demeurent une priorité pour le ministère ».

Le ministère et le gouvernement du Nouveau-Brunswick n’ont toujours pas précisé le financement qu’ils accorderont au projet, précise une porte-parole par courriel.

D'après un reportage de Nicolas Steinbach

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches