•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec pourra aider les travailleurs saisonniers qui subissent les effets du « trou noir »

Le ministre François Blais répond aux questions des journalistes
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité, François Blais, est à Gaspé mercredi. Photo: Radio-Canada / William Bastille Denis
Radio-Canada

Le ministre québécois du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité, François Blais, confirme que Québec pourra soutenir les industriels de la pêche et les travailleurs saisonniers pendant la période où les travailleurs ont épuisé leurs prestations d'assurance-emploi et où le travail n'a pas encore repris.

Un texte de Martin Toulgoat, avec la collaboration de Brigitte Dubé

M. Blais était à Gaspé, mercredi, pour participer à la première rencontre de la Table régionale de concertation pour le travail saisonnier.

Ottawa a versé 6,4 millions de dollars au provincial pour supporter les travailleurs saisonniers. Cette somme pourrait servir, par exemple, à offrir de la formation aux employés à la suite de leur saison pour qu'ils puissent augmenter le nombre de semaines travaillées et obtenir leurs prestations d'assurance-emploi.

Pouvoirs limités

Le ministre reconnaît toutefois que les pouvoirs de Québec sont limités, alors que l'assurance-emploi et la gestion des zones et des quotas de pêche sont de compétence fédérale.

« C’est une décision politique qui a été prise par le gouvernement fédéral lors de son dernier budget, de ne pas modifier pour le moment son programme d’assurance-emploi, mais de répondre à des situations que vivent le Québec et les provinces maritimes notamment », a mentionné le ministre Blais.

Pour sa part, la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Nadia Minassian, souhaite que Québec et Ottawa assouplissent leurs règles concernant le travail saisonnier.

Participant mercredi matin à cette table de concertation, elle a dit souhaiter notamment un assouplissement dans les secteurs dont le fonctionnement saisonnier dépend de lois et de l'état d'une ressource. « Les secteurs des pêches, de la forêt, de l’agriculture sont réellement des secteurs saisonniers qui sont régis par des lois qui nous empêchent de pouvoir continuer à exploiter après certaines périodes », a-t-elle plaidé auprès du ministre.

La Stratégie nationale sur la main-d’œuvre arrive tard

Nadia Minassian juge que la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre lancée mardi par Québec arrive un peu tard. « Aujourd’hui, on est en réaction, dit-elle. On le savait depuis longtemps qu’il y avait des problèmes de pénurie de main-d’oeuvre. En Gaspésie, on vit un paradoxe : il y a une pénurie de main-d’œuvre, mais un haut taux de chômage. Il faudrait des solutions adaptées à nos besoins. »

Mme Minassian réclame des mesures pour aider la Gaspésie à attirer davantage d’immigrants. Elle propose de rétablir un crédit d’impôt à l’établissement dans les régions.

Elle déplore le fait que les Services d’aide aux nouveaux arrivants (SANA) manquent de ressources financières. « Les fonds qui leur sont accordés varient en fonction du nombre d’immigrants. La Gaspésie en reçoit moins, donc ils sont automatiquement moins financés. »

Selon Nadia Minassian, la Gaspésie a besoin d’une démarche d’accompagnement, ce que propose la Stratégie, mais elle voudrait initier une démarche en collaboration avec les autres préfets qui permettrait à la Gaspésie de se démarquer avec des outils qui lui sont spécifiques. Elle espère que la Stratégie permettra de les demander.

Le ministre François Blais a par ailleurs confirmé qu'une ressource du ministère de l'Immigration sera bientôt ajoutée en Gaspésie. « Aujourd'hui, on a tout centralisé l'immigration à Montréal, à Québec aussi et on part à partir d'une grille d'évaluation qui est très générale et qui convient peut-être à 70 % de l'économie du Québec, mais qui ne convient pas aux régions », a-t-il admis.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique fédérale