•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le météorologue William Bourque prend sa retraite

La carrière du météorologue William Bourque en images
Radio-Canada

Le météorologue William Bourque prend sa retraite après 42 ans de présence à ICI Acadie. Il fait un dernier passage à plusieurs émissions, mercredi, pour saluer son public.

William Bourque a fait ses débuts en météorologie au sein des forces américaines durant la guerre du Vietnam. Il a ensuite terminé ses études en ce domaine et il est rentré au Canada en 1967. Il a travaillé au service météorologique canadien (qui est devenu Environnement et Changement climatique Canada). Il a été posté à Iqaluit, à Goose Bay, à Ottawa, puis à Moncton en 1974.

Le météorologue a commencé à présenter ses prévisions à la radio de Radio-Canada en 1976, et à la télévision en 1981. Il comptait essayer la télévision pour quelques années, et il y est resté pendant 37 ans.

« Je ne sais pas si ça paraissait en ondes, mais j’aimais tellement le travail de préparer les prévisions et de les présenter, surtout, explique William Bourque. Ce que je fais maintenant, je les prépare, mais je n’ai pas la chance de les présenter, étant retraité. Mais quand même, j’aime encore le travail. J’aime beaucoup le travail. J’ai bien aimé ça à Radio-Canada. J’adore encore ça. »

William Bourque a inspiré plusieurs artistes au fil de sa carrière, dont les humoristes de la Revue acadienne, le comédien Jass-Sainte Bourque, le peintre Mario Doucette, la chanteuse Lisa LeBlanc.

« Ça, ça me fait chaud au coeur. Je me rends compte que les gens apprécient ce que j’ai fait, même si ce sont des farces. C’est drôle, et je ris autant que les autres. C’est un signe de reconnaissance, et la reconnaissance c’est de l’amour », affirme M. Bourque.

William Bourque dans le studio de télévision d'ICI Acadie.« Présenter mon bulletin, c’était mon bonheur », affirme William Bourque à l'occasion de son départ à la retraite. Photo : Radio-Canada

Quant à des anecdotes de ses interventions en ondes, il se souvient de quelques occasions où il n’avait pas de micro et qu’il a fallu passer à une pause. « C’est du direct, de la télé en direct, et quand tu fais du direct, il faut s’attendre à ce genre de choses », dit-il.

Certains événements météorologiques ont marqué sa carrière. Il se souvient particulièrement d’une tempête qui a déversé 162 cm de neige sur le sud-est du Nouveau-Brunswick en 1992, et du passage de l’ouragan Juan en Nouvelle-Écosse en 2003.

« Présenter mon bulletin, c’était mon bonheur », conclut William Bourque.

Nouveau-Brunswick

Médias