•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les permis de vente de cannabis à Edmonton seront distribués par loterie

Du cannabis tombant d'un contenant pour médicaments.

La Ville acceptera les demandes jusqu'au 12 juin et accordera les permis après le 20 juin.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Le comité d'urbanisme de la Ville d'Edmonton a opté pour une sélection aléatoire dans l'attribution des licences de vente de cannabis. Les détaillants de cannabis qui espèrent s'installer à Edmonton devront donc compter sur le hasard.

Le conseiller Michael Walters affirme que le projet de loterie se veut plus égalitaire. « Nous souhaitons le plus d'équité possible. Beaucoup de gens, avec des aptitudes variées, souhaite ouvrir un commerce de vente de cannabis », a-t-il déclaré.

Malgré l'annonce du comité municipal, l’entreprise Fire & Flower demandera des permis pour 16 magasins dans la ville. « Cette décision ne diminue en rien notre engagement », a expliqué le directeur de la compagnie, Trevor Fencott. Nous sommes des pionniers dans ce domaine. Nous étions préparés pour une telle décision, et nos investisseurs aussi ».

Le président de Fire & Flower y voit un investissement à long terme puisque l'entreprise a déposé plus de 30 demandes auprès de la Commission pour les jeux et l'alcool de l'Alberta (AGLC) afin d'ouvrir des magasins dans toute la province.

Des frais de licence annuels de 700 $

Si ce sont les municipalités qui accordent des permis d'exploitation, l'approbation de la licence d'exploitation est décidée par le gouvernement provincial.

Trevor Fencott a demandé aux conseillers municipaux d'accorder la priorité aux entreprises qui ont déjà fait des investissements importants et qui ont soumis des demandes provinciales.

Le système de loterie pourrait permettre aux entreprises ayant peu ou pas d'investissements dans l'industrie d'obtenir un permis avant les sociétés qui ont déjà fait l'objet d'un processus de demande à l’AGLC.

Le processus, contenu dans un formulaire de 70 pages, comprend des frais de 400 $ pour chaque magasin, des frais de licence annuels de 700 $ et un versement de 3000 $ pour les vérifications des antécédents. La Commission a déclaré avoir reçu 482 demandes de permis de vente au 30 avril.

Un système avantageux pour les petites entreprises

Tracy Gunderson souhaiterait ouvrir Clair's Cannabis dans le sud d'Edmonton. Elle s’est dite soulagée de ne pas voir l’attribution des permis être sur le système du premier arrivé, premier servi. « Au lieu de voir une personne obtenir 25 emplacements d’un coup, plus de gens ont une chance d'ouvrir un magasin », a-t-elle déclaré.

L’entrepreneuse s’apprête à faire une demande auprès de la Commission, mais elle doit revoir son emplacement pour respecter le règlement annoncé au début de mai.

Tracy Gunderson donne sa réaction aux médias après l'annonce.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tracy Gunderson, souhaiterait ouvrir Clair's Cannabis dans le sud de la ville et s’est dite soulagée de la décision.

Photo : CBC

Les magasins de cannabis devront se trouver à plus de 200 mètres d'une école ou d'une bibliothèque publique et à au moins 100 mètres d'un parc ou d'un établissement de santé provincial. Il faudra également que les magasins de cannabis soient séparés d'un minimum de 200 mètres les uns des autres.

« C’est difficile parce que des entreprises ont déjà ramassé tous les endroits possibles à Edmonton », avoue Tracy Gunderson.

La Ville envisage de recevoir près de 200 demandes. Elle les acceptera jusqu'au 12 juin et accordera les permis après le 20 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Drogues et stupéfiants