•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stress post-traumatique : la loi de l'Î.-P.-É. est promulguée

Une ambulance dans un garage
Libéraux et progressistes-conservateurs à l'Île-du-Prince-Édouard s'entendent pour reconnaître le stress post-traumatique comme accident de travail chez les travailleurs qui ont reçu un diagnostic. Photo: CBC

Après s'être fait tirer l'oreille par l'opposition et des chefs syndicaux, le gouvernement libéral de l'Île-du-Prince-Édouard a finalement décidé, mardi, de promulguer une loi pour soutenir les travailleurs souffrant de stress post-traumatique.

Un texte de François Pierre Dufault

En matinée, le conseil des ministres à Charlottetown a promulgué un projet de loi du député progressiste-conservateur Jamie Fox qui reconnaît le stress post-traumatique comme un accident de travail et garantit un soutien aux travailleurs qui reçoivent un tel diagnostic.

En après-midi, le ministre de la Main-d'oeuvre, Sonny Gallant, a déposé et fait adopter en deuxième lecture un autre projet de loi, qui apporte quelques changements mineurs à la loi promulguée quelques heures plus tôt.

En somme, les libéraux de Wade MacLauchlan veulent seulement permettre aux psychologues et aux psychiatres de poser un diagnostic de stress post-traumatique, alors que les progressistes-conservateurs auraient permis à tous les médecins de le faire.

« Merci à Jamie Fox pour son travail acharné et à Sonny Gallant et Wade MacLauchlan pour leur écoute », a réagit sur Twitter le leader syndical Jason Woodbury, qui représente les ambulanciers paramédicaux de l'Île-du-Prince-Édouard et qui milite depuis plusieurs années pour que le stress post-traumatique soit reconnu par la province comme un accident de travail.

En décembre dernier, l'Assemblée législative a adopté en troisième lecture le projet de loi 102 parrainé par Jamie Fox, un ancien policier qui dit avoir vu de près les effets du stress post-traumatique, notamment sur les premiers répondants. Mais le projet de loi n'est pas entré en vigueur immédiatement.

Début mai, les libéraux ont tenté de faire adopter leur propre projet de loi pour soutenir les travailleurs souffrant de stress post-traumatique, un projet très semblable à celui de l'opposition.

Toutefois, plusieurs insulaires ont vu dans le dépôt d'un projet de loi concurrent un délai inutile.

Des leaders syndicaux, comme Jason Woodbury, ont exhorté le gouvernement à promulguer la loi 102 dans les plus brefs délais, quitte à y apporter des changements plus tard. « Des travailleurs souffrent », a-t-il insisté à la suite d'un débat particulièrement houleux à l'Assemblée législative, début mai.

Des députés d'opposition, comme Colin LaVie, ont aussi accusé le gouvernement de faire de « la petite politique » sur le dos des travailleurs.

Mardi, l'opposition officielle à Charlottetown s'est dite satisfaite de l'entrée en vigueur de la loi 102 et favorable aux changements proposés par les libéraux dans leur plus récent projet de loi.

Le projet de loi concurrent que le gouvernement a tenté de faire adopter, plus tôt ce mois-ci, devrait en principe mourir au Feuilleton.

Île-du-Prince-Édouard

Société