•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford a-t-il véritablement fait épargner 1 milliard aux Torontois?

Doug Ford, Kathleen Wynne et Andrea Horwath lors du débat

Le débat de lundi était le premier de trois débats télévisés prévus avant le scrutin du 7 juin.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

C'est une affirmation qu'on a entendue à plus d'une reprise au cours des dernières semaines : « nous avons réalisé des économies de 1 milliard de dollars », dit Doug Ford, en référence à son passage au conseil municipal de Toronto de 2010 à 2014 alors que son frère Rob était maire de Toronto. Est-ce vrai?

Un texte d’Eve Caron

D’abord, un chiffre : 893 M$.

Ce sont les « économies budgétaires » réalisées par le conseil municipal à l’époque où Rob Ford était maire de Toronto et son frère, Doug Ford, conseiller municipal, selon le directeur des finances de la Ville de Toronto.

Rob Rossini avait produit un rapport en 2014 à ce sujet en raison de l’intérêt que suscitait ce chiffre évoqué par Rob Ford, qui briguait alors un second mandat à la mairie (plus de détails à ce sujet plus bas).

M. Rossini a conclu à l’époque que le conseil municipal, sous l’administration de Rob Ford, a réalisé des économies de 893 M$ dans le but d'équilibrer le budget de la Ville. À titre de comparaison, il indique que les élus municipaux lors du deuxième mandat de David Miller ont réalisé des économies de 545 M$.

Le rapport de M. Rossini fait état de centaines d’économies budgétaires réalisées entre 2011 et 2014 dans une cinquantaine de départements et agences de la ville, dont le Service de police de Toronto et la Commission des transports de Toronto.

Ce qui sème la confusion, c’est que tous ne s’entendent pas pour dire qu’il s’agit, dans tous les cas, d’économies.

Il y a tellement [d’ingrédients] dans cette soupe. On ne peut pas enlever chaque carotte, chaque pois, chaque oignon.

David Soknacki, ancien conseiller municipal et chef du budget sous l’administration de David Miller au début des années 2000
Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections provinciales en Ontario

Parmi les épargnes dans la note de breffage du directeur des finances, on note 69 M$ en réduction de budgets de divers départements et agence de la Ville, dont le Service de police de Toronto.

un homme souriant dans un parcAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Soknacki, ancien conseiller municipal et chef de budget pour la Ville de Toronto

Photo : Radio-Canada

Pour David Soknacki, qui a été chef du budget sous l’administration de David Miller au début des années 2000, ce montant représente plutôt de l’argent qui n’a pas été dépensé, parce que la demande ou l’infrastructure n’était pas au rendez-vous. Il ne croit pas que ce montant devrait être considéré comme une économie.

« C’est seulement compiler les chiffres une fois que les choses se sont produites. Ce n’est pas une épargne. »

L’évolution du milliard de dollars

L’histoire du « milliard de dollars » remonte à 2013.

Un an avant les élections municipales de 2014, Rob Ford et son frère Doug Ford déclarent qu’ils avaient fait épargner 1 milliard de dollars aux contribuables torontois depuis l'élection de 2010 qui les a menés au pouvoir.

À l’époque, les frères Ford y incluent l’abolition de la taxe annuelle de 60 $ sur l'immatriculation des véhicules, soit 200 millions de dollars sur 4 ans.

Comment les frères Ford justifient-ils leurs dires concernant cette taxe? C’est une économie pour les contribuables, répétait Rob Ford à l’époque.

Mais du même coup, il considérait une augmentation de 24 M$ en frais aux usagers des programmes récréatifs de la Ville comme étant aussi des économies pour les contribuables.

Ainsi, les chroniqueurs torontois ont été nombreux à critiquer le « milliard de dollars » des frères Ford.

Plusieurs se sont tournés vers le directeur de la Ville et son directeur des finances (des hauts fonctionnaires impartiaux), Rob Rossini, pour clarifier la question.

Résultat : en avril 2014, M. Rossini publie un rapport dans lequel il explique que le conseil municipal, sous l’administration Ford, a réalisé des « économies de budget » de 893 millions de dollars, comparativement à 545 millions de dollars pour l’administration précédente.

Or, ils ne comptent pas la taxe sur l'immatriculation des véhicules ni l’augmentation de frais d’usagers dans leurs calculs. Les économies de budgets sont réparties à travers les nombreuses agences de la Ville.

Quatre ans plus tard, David Soknacki concède que les Ford ont bel et bien fait des économies, réalisant ainsi leurs promesses de « stop the gravy train » (cesser les dépenses inutiles). Il croit cependant qu’il est difficile de mettre un chiffre aux économies.

« On ne peut pas exposer les “économies” parce que ça devient une question d’opinion à savoir s’il s’agit d’une coupe ou d’une économie, d’une dépense reportée ou d’une économie ».

Vous avez entendu une déclaration d'un politicien qui mériterait une vérification? Écrivez-moi à l'adresse suivante : eve.caron@radio-canada.ca.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique