•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

800 millions pour rénover les installations de la STM

Les intervenants sont assis à une table, des micros devant eux.

Valérie Plante (au centre) et Philippe Schnobb (à droite) ont tous les deux insisté sur l'amélioration imminente de l'efficacité du réseau de la STM.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Société de transport de Montréal (STM) prévoit consacrer plus de 800 millions de dollars à l'agrandissement et à la rénovation de ses installations pour pouvoir entretenir et exploiter ses 300 nouveaux autobus hybrides.

« Nous disposerons ainsi des infrastructures nécessaires pour accueillir ces nouveaux bus et nous nous rapprocherons de notre objectif d’offrir à la population montréalaise un réseau de transport en commun plus efficace, performant et confortable », a indiqué la mairesse Valérie Plante, mardi, en conférence de presse.

Les investissements qu’on fait en ce moment dans le transport collectif sont absolument nécessaires pour donner envie à des Montréalais d’utiliser davantage le transport collectif . Pour que ça leur donne le goût, il faut qu’il y ait assez d’autobus, qu’ils passent aux heures qui sont inscrites et qu’ils soient confortables.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

L’achat de ces autobus, promis pendant la campagne électorale de l’automne dernier, avait été confirmé en janvier, quand l'appel d'offres a été lancé. Les analyses des soumissions reçues sont en cours.

Cette acquisition fera passer le nombre d'autobus de la STM à 2107 en 2020. Elle devrait entraîner l'embauche de 600 nouveaux chauffeurs et l'augmentation du budget d'exploitation de la société de quelque 75 millions de dollars.

« L’ajout des 300 bus aura des effets significatifs sur l’offre de service, alors qu’ils représentent une augmentation d’environ 15 % du parc actuel. Les clients pourront bénéficier de plus de confort et d’un service plus fréquent », a souligné mardi Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM.

Cinq projets seront réalisés dans le cadre de plans de rénovations. Les trois premiers sont qualifiés de solutions permanentes et les deux derniers, de solutions temporaires.

Les voici :

  • Le centre de transport Bellechasse remplacera l’actuel centre de transport Saint-Denis, construit en 1957, qui est en fin de vie utile. Le nouveau centre, déjà annoncé en août dernier, sera mis en service en 2022. Il doit accueillir 207 autobus, dont 105 bus réguliers et 102 bus articulés. Le coût prévu de ce projet est de 242 millions de dollars.
  • Un autre nouveau centre de transport devrait être mis en service en 2023 plutôt qu’en 2025, comme initialement annoncé. Il doit pouvoir accueillir 250 véhicules électriques. Le coût prévu de ce projet est de 370 millions de dollars.
  • Trois centres existants – Anjou, Legendre et Saint-Laurent – seront agrandis, et leur capacité sera portée à 150 autobus en 2020. Le coût prévu de ce projet est de 165 millions de dollars.
  • Un bâtiment industriel voisin du centre de transport Stinson sera adapté et loué pendant cinq ans par la STM. Il pourra accueillir 50 bus réguliers qui seront entretenus au centre Stinson. Le coût prévu de ce projet est de 5 millions de dollars.
  • Le centre de transport Saint-Denis, qui accueille 180 véhicules, sera rénové pour demeurer en activité jusqu’à l’ouverture du centre Bellechasse en 2022. Le coût prévu de ce projet est de 19,4 millions de dollars.

Qui va payer?

L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville avait déjà exprimé ses réticences quant à l'achat de ces 300 véhicules hybrides.

Son chef Lionel Perez les a réitérées mardi.

On parle de 75 millions de dollars par année. […] Personne n’est contre la vertu, mais il faut voir qui va payer ces montants supplémentaires : ce sont les contribuables montréalais et québécois. Et cela ne se justifie pas, dans les circonstances.

Lionel Perez, chef de l’opposition officielle

La STM a rappelé mardi que l'achat des nouveaux autobus sera financé par l’entremise des différents programmes existants d’aide gouvernementale en matière de transport en commun.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal avait autorisé un règlement d’emprunt en août 2017 pour le projet du centre Bellechasse. Pour les quatre autres projets, le comité autorisera de nouveaux règlements d’emprunt à sa séance de mercredi.

Valérie Plante reconnaît qu'ajouter 15 % d'autobus au réseau actuel de la STM implique d'importantes dépenses, mais elle assure que Québec participera au financement.

« Il ne faut pas oublier que lorsque Québec a accepté de financer une partie des 300 autobus hybrides, ils savaient qu'on aurait besoin de garages, a dit la mairesse Plante. Alors, c'est sans surprise qu'ils sont au rendez-vous pour les garages, et on en est très très heureux. »

Avec des informations de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Politique municipale