•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déchets nucléaires près du lac Huron : le NPD s'y oppose

Une femme parle devant trois hommes

Andrea Horwath lors d'un arrêt de sa campagne électorale dans une usine de Toronto, le mardi 22 mai.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La Presse canadienne

Des trois principaux partis en lice pour les élections de printemps en Ontario, seul le Nouveau Parti démocratique s'est prononcé contre la construction d'un bunker de déchets nucléaires d'une valeur de 2,4 milliards de dollars près du lac Huron.

La chef du NPD, Andrea Horwath, a déclaré que l'idée d'enfouir des déchets radioactifs si près d'une grande source d'eau douce l'inquiétait et que si elle était élue le 7 juin, elle chercherait à intervenir contre le projet.

« En tant que parti, nous ne sommes pas en faveur d'avoir cette installation à cet endroit », a récemment déclaré Mme Horwath. Nous sommes préoccupés par le fait que d'autres dirigeants, tant au Canada qu'à l'étranger, ont envoyé d'importantes lettres de protestation au gouvernement fédéral concernant l'emplacement de cet établissement. »

Ontario Power Generation soutient que la centrale nucléaire de Bruce, près de Kincardine, en Ontario, est de loin la meilleure et la plus sûre pour stocker de façon permanente les déchets toxiques de faible et moyenne activité. Selon l’entreprise, le sol rocailleux stable de la région préviendrait les fuites durant des siècles.

Une centrale nucléaire vue des airsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La centrale nucléaire de Bruce Power vue des airs

Photo : La Presse canadienne / J.P. Moczulski

Cependant, des dizaines de communautés des deux côtés de la frontière canado-américaine ont exprimé leurs inquiétudes face à la proposition. Ils maintiennent que la contamination possible du lac est un risque beaucoup trop grand à prendre.

« J'entends de grandes inquiétudes de la part de nombreuses juridictions différentes ainsi que des individus et des communautés », a déclaré Mme Horwath. « Je ne pense pas qu'il soit intelligent d'avoir un quelconque stockage nucléaire au bord du lac. »

Le projet de bunker à déchets nucléaires, proposé il y a plus de dix ans, attend l'approbation finale du gouvernement fédéral. Ottawa piétine depuis qu'un comité d'examen environnemental a donné son approbation il y a trois ans.

Plus récemment, la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a demandé à Ontario Power Generation d’aller chercher une approbation claire et sans équivoque de la part des Premières Nations touchées.

Le portrait d'une femmeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

Pour sa part, la chef libérale Kathleen Wynne, qui aspire à un deuxième mandat à titre de première ministre, a laissé entendre que la province n'avait aucun rôle à jouer dans le processus d'approbation.

« C'est une question fédérale », a-t-elle déclaré. « Nous devons laisser ce processus se dérouler. »

Même si le chef du Parti progressiste-conservateur, Doug Ford, n'a pas abordé la question publiquement, une porte-parole du parti a tenu à rester neutre.

« Le plan d'enfouissement des déchets nucléaires de faible et moyenne activité doit être fait avec l'approbation locale et d'une manière écologiquement durable », a déclaré Melissa Lantsman.

En même temps, les conservateurs ont affirmé que l'énergie nucléaire avait une importance « critique » pour l'Ontario.

« C'est notre source d'énergie la moins chère et la plus fiable et elle représente plus de 60 % de la province », a déclaré Mme Lantsman.

Le plan de stockage prévoit que des centaines de milliers de mètres cubes de déchets radioactifs – stockés pendant des années sur le site de la centrale nucléaire de Bruce – seraient enfouis à une profondeur de 680 mètres. Ontario Power Generation a prévenu que le coût du projet pourrait augmenter de plusieurs milliards de dollars s'il était considérablement retardé.

Cependant, plus de 100 maires et autres représentants élus des deux côtés de la frontière – ils prétendent parler au nom de 16 millions de personnes – ont affirmé vouloir que le projet soit abandonné.

Mme Horwath est d'accord.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections provinciales en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale