•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de main-d’œuvre : Québec dévoile sa stratégie

Le reportage d’Hugo Lavallée
Radio-Canada

EXCLUSIF - Pour faire face à la rareté de la main-d'œuvre décriée par de nombreux employeurs, Québec veut aider les entreprises en s'assurant notamment d'un meilleur arrimage entre les besoins en entreprise et la formation.

Avec les informations d'Hugo Lavallée, correspondant parlementaire à Québec

Contrats refusés, livraisons hors délais, multiplication des heures supplémentaires : le manque de main-d'œuvre touche un nombre croissant d'entreprises, tandis que le taux de chômage se maintient sous la barre des 5 % dans plusieurs régions du Québec.

Le premier ministre Philippe Couillard a présenté aujourd'hui, en compagnie de son ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, la toute première « Stratégie nationale de la main-d’œuvre ». En tout, 47 mesures ont été annoncées, dont plusieurs nouvelles initiatives.

La stratégie s’étalera sur 5 ans et 810 millions de dollars additionnels y seront consacrés, comme l'avait indiqué le ministre des Finances dans son dernier budget, pour une enveloppe globale de 1,3 milliard.

L’objectif du gouvernement est d’aider les entreprises qui manquent d’employés, notamment en orientant la main-d’œuvre vers les secteurs recherchés.

Le Québec a toujours eu des programmes pour soutenir la main-d’œuvre. Cependant, le gouvernement n’a jamais eu de stratégie globale pour assurer la cohérence de toutes les mesures.

L'immigration

En conférence de presse, le ministre de l'Emploi, François Blais, a fait le point sur les défis qui attendent les entreprises québécoises.

Au cours des dix prochaines années, le marché du travail québécois devra combler plus de 1,3 million d’emplois, dont plus de 90 000 emplois déjà vacants en ce moment, aujourd’hui, au Québec.

François Blais, ministre de l'Emploi

Le ministre Blais a indiqué que pour pourvoir ces emplois, le recours à l'immigration est essentiel. « Le Québec, et notamment ses régions, a indéniablement besoin de l’apport de travailleurs immigrants. Il y va de la survie de plusieurs entreprises et du maintien de notre prospérité économique », a-t-il dit.

Le premier ministre Philippe Couillard lors du dévoilement de la toute première Stratégie nationale de la main-d’œuvre. Le premier ministre Philippe Couillard lors du dévoilement de la toute première Stratégie nationale de la main-d’œuvre. Photo : Radio-Canada

Le premier ministre Philippe Couillard estime que le Québec ne peut pas se passer de l'immigration pour pourvoir les postes vacants.

« Les Québécois savent qu’on a besoin de travailleurs immigrants. Ils voient les choses. Ils voient la pénurie de main-d’œuvre. Mais ils désirent une immigration qui soit la plus intégrée possible et la mieux francisée possible. Et c’est tout à fait naturel que ce soit le cas. En augmentant les ressources pour ces deux éléments-là, d’une part on va être plus efficace, et deuxièmement, on va rendre l’immigration plus souhaitable au Québec et encore mieux accueillie », a-t-il déclaré en point de presse.

Il a ajouté : « Je pense que quand on parle d’immigration au Québec, on devrait parler d’économie, d’intégration et de francisation ».

Plus de flexibilité pour les cégeps

Plusieurs mesures toucheront les établissements d’enseignement. Les cégeps en région pourront dorénavant offrir certains programmes de formation dans des domaines où les besoins sont particulièrement criants, même si le nombre d’élèves inscrits est en deçà des normes prescrites.

Les commissions scolaires pourront faire de même avec la formation professionnelle, notamment en mettant en commun leurs inscriptions avec d’autres commissions scolaires et en alternant l’offre de formations entre elles.

De plus, les commissions scolaires situées dans des régions en déclin démographique recevront un soutien financier additionnel pour attirer des élèves venus d’ailleurs dans des domaines de formation professionnelle en forte demande.

« Parfois, il y a peu d’élèves, mais les besoins de main-d’œuvre sont si élevés que ça vaut quand même la peine d’offrir la formation. »

Mieux intégrer les Autochtones

Dans un contexte où le taux de chômage est plus élevé chez les membres des Premières Nations que dans le reste de la population, Québec mettra en place un nouveau programme pour inciter les entreprises à les embaucher en plus grand nombre.

Le nouveau « Programme d’aide à l’intégration en emploi des membres des Premières Nations et des Inuits » s’inspirera d’un programme semblable destiné aux nouveaux arrivants et aux minorités visibles.

Il soutiendra financièrement les petites et moyennes entreprises (PME) qui accepteront d’embaucher les « personnes autochtones lors de leur première expérience professionnelle dans leur domaine de compétences ».

« Cette mesure les incitera à embaucher des personnes sans emploi qu’elles n’auraient pas engagées », indique-t-on.

Quelques réactions

Le Conseil du patronat du Québec accueille favorablement cette première Stratégie nationale de la main-d’œuvre.

« On a vraiment besoin de cette approche globale, multisectorielle, pour regarder tant sur le plan de l’éducation, de l’immigration, de l’accompagnement, des parcours, tous les éléments qui doivent être mis en place pour aider à trouver des solutions », a affirmé Yves Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec.

De son côté, le président de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Stéphane Forget, se dit ravi que tous les intervenants travaillent dans la même direction et pour le même objectif.

« Je pense qu’on va voir les preuves dans le futur. Le premier élément, je pense, c’est la mobilisation. Tout le monde s’entend sur la priorité, ça, c’est la première chose. Deuxièmement, il y a des cibles. Il va falloir les atteindre. On va être très vigilant pour les surveiller », a-t-il déclaré.

La CSN salue la Stratégie nationale de la main-d’œuvre dévoilée aujourd’hui et elle accueille positivement les investissements annoncés. Cependant, elle considère que la stratégie possède un angle mort.

« S’il y a une grande négligée dans la stratégie nationale, c’est bien la question de l’adaptation des milieux de travail aux réalités de la conciliation famille-travail-études. Attirer, recruter et retenir la main-d’œuvre de demain mérite que cette orientation de la stratégie nationale soit plus convaincante. Les enjeux de l’organisation du travail seront prioritaires dans les prochaines années et tout le monde devra y répondre, tant les syndicats que les employeurs. Là-dessus, la stratégie manque son coup », a déploré Jacques Létourneau, le président de la CSN.

Martine Hébert, porte-parole nationale de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), se réjouit de l’annonce gouvernementale d’aujourd’hui.

« C’est assez complet, comme stratégie, ce qu’on nous annonce aujourd’hui. […] C’est un ensemble de mesures qui viennent remettre un petit peu d’ordre dans tout ce qui se fait, mais mettre plus de cohérence là-dedans et des actions beaucoup plus concrètes », a-t-elle dit en entrevue à l’émission Patrice Roy en direct sur les ondes d'ICI RDI.

Mme Hébert appuie l’idée d’une telle stratégie. « La stratégie, ce qu’elle fait, ça vient forcer si vous voulez cette action concertée et cohérente de l’ensemble des ministères et organismes concernés », a-t-elle affirmé.

Payés pour étudier

Mesure phare de la Stratégie nationale : la formation. Le gouvernement versera 75 millions sur 5 ans aux entreprises qui rémunéreront leurs employés pendant que ces derniers suivent une « formation qualifiante ». Cette aide financière prendra la forme d’un crédit d’impôt équivalent à 30 % du salaire versé pendant les heures de formation. Quelque 6000 PME en bénéficieront, croit-on.

« Quand l’entreprise croît, être capable de former ses employés pour leur donner de nouveaux outils, c’est essentiel », explique-t-on.

Aussi, pour aider les élèves à faire de meilleurs choix, les conseillers en orientation recevront une formation pour mieux utiliser l’Information sur le marché du travail (IMT). Cet outil informatique permet entre autres de savoir dans quels métiers la demande est la plus forte et quelles formations offrent les meilleurs débouchés.

Une utilisation plus optimale de cet outil permettra aux conseillers en orientation de mieux guider les jeunes et les chercheurs d’emploi. « Évidemment, l’idée n’est pas de pousser les jeunes à aller vers un métier pour lequel ils n’ont pas d’intérêt, mais de les informer sur des perspectives particulièrement positives qu’il y a dans certains domaines. Ça peut entrer dans leur réflexion », dit-on.

Encourager les stages en entreprise

Un nouveau crédit d’impôt sera aussi mis en place pour les entreprises qui accepteront d’accueillir des stagiaires de niveau universitaire. Depuis déjà deux ans, le Programme incitatif pour l’accueil de stagiaires, qui « encourage les stages en entreprise pendant le parcours des élèves inscrits dans les programmes de formation professionnelle et technique », connaît un grand succès auprès des étudiants.

Pour répondre aux critiques selon lesquelles Emploi Québec manque de flexibilité dans son approche, 30 millions seront consacrés au cours des 5 prochaines années à la réalisation de projets pilotes, taillés sur mesure dans chacune des régions, pour favoriser l’insertion en emploi.

« Des appels de projets pourront être lancés afin de répondre à des problématiques et priorités qui font consensus parmi les divers acteurs régionaux », indique-t-on.

La plupart des mesures qui seront annoncées s’inspirent des discussions ayant eu lieu lors du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre, tenu en février 2017. Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a aussi effectué deux tournées de consultation partout au Québec sur le sujet ces derniers mois.

Politique provinciale

Politique