•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première famille syrienne accueillie à Matane

Un couple, accompagné de leur fils, et d'une femme.

Hussam Ateia, Meshlen Nassar, Wade Ateia, accompagnés de leur traductrice Reine Hagemoussa.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après deux ans de démarches, la famille syrienne parrainée par le Comité de parrainage Syrie-Matanie est enfin installée à Matane.

Un texte de Laurie Dufresne

Arrivés au Canada le 27 avril dernier, Hussam Ateia, Meshlen Nassar et leur fils Wade Ateia habitent maintenant dans une maison déjà meublée au centre-ville de Matane.

Bien qu’elle avoue ne pas s’être habituée au vent et au froid, la petite famille s’adapte bien à sa nouvelle vie. Le jeune garçon a même déjà commencé l’école. « C'est lui le plus heureux je pense. On a découvert qu'il sait lire. Le prof était étonné. Pis il connaît ses multiples! Il a dit : “Je suis le seul dans ma classe qui connaît mes multiples!” », dit en riant la traductrice qui accompagne la famille depuis son arrivée, Reine Hagemoussa.

Soirée d’accueil festive

Pour souligner leur arrivée et pour remercier les donateurs qui ont amassé plus de 40 000 $ afin de faciliter leur intégration, la famille Ateia et le comité ont joint leurs efforts pour offrir à la population un souper syrien. Des mets typiques étaient servis au Manoir des Sapins de Sainte-Félicité samedi.

La soirée affichait complet. Ce sont plus de 80 personnes qui s’y sont présentées.

Salle à manger remplie de personnes attablées, mangeant une salade.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samedi soir, la famille Ateia mangeait aux côtés des membres du comité de parrainage, de donateurs et de Matanais curieux de découvrir leur cuisine.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Ils ont un grand, grand coeur. C'est comme une famille pour nous. On ne s'attendait pas à être accueillis et reçus de même.

Meshlen Nassar, traduite par Reine Hagemoussa

« [Je tenais à être ici] pour démontrer mon soutien à ces nouveaux arrivants-là. Je trouve ça extraordinaire ce que le comité a fait pour eux », raconte l’une des participantes, Marie-Claude Tremblay.

« J’ai entendu parler de la soirée par le Réseau Matanie, le service d’intégration. Je connais les propriétaires du Manoir des Sapins, donc je sais que l’endroit est cool. C’est donc la conjoncture qui fait que je suis ici ce soir », explique Jonathan Massé.

Un homme paie à la réception. En arrière, des dizaines de personnes mangent et boivent à des tables.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plus de 80 personnes sont venues découvrir les mets typiquement syriens au Manoir des Sapins de Sainte-Félicité.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Deuxième famille attendue

Une deuxième famille parrainée par le comité devrait arriver d’ici un an à Matane. Les démarches pour l’accueillir ont été entamées en juillet 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !