•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation des actrices d'âge mûr ne s’améliore pas, selon Macha Limonchik

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La comédienne Macha Limonchik assise au Théâtre d'Aujourd'hui, lors d'une entrevue avec le journaliste Louis-Philippe Ouimet.

La comédienne Macha Limonchik

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le milieu du spectacle n'est pas tendre pour les actrices qui ne sont plus dans la fleur de l'âge et cela ne s'améliore pas, selon Macha Limonchik. La comédienne fait part de ses inquiétudes, mais aussi de son amour indéfectible de son métier, dans une entrevue avec Louis-Philippe Ouimet.

Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre en 1993, Macha Limonchik a joué de nombreux grands rôles au théâtre et a incarné plusieurs personnages marquants au petit écran québécois.

Malgré cela, elle affirmait en 2014, à 44 ans, qu’il était difficile pour une femme d'un certain âge d’obtenir des rôles d’envergure. C’est encore le cas aujourd’hui, selon elle.

« La télévision est le lieu le plus accueillant pour les femmes âgées, surtout dans les téléromans, mais dans les séries plus lourdes, on a une très petite tarte à se partager à plusieurs actrices », affirme-t-elle.

« Je ne crois pas que cela s’améliore vraiment. Au cinéma, n’en parlons pas. Au théâtre, c’est difficile aussi, parce que les jeunes créateurs écrivent pour leur génération. Dans les classiques, il va peut-être y avoir un rôle de nounou, mais non, ce n’est pas si facile que cela. »

Cela prend un immense désir, puissant, pour faire ce métier-là.

Macha Limonchik, comédienne

Davantage de diversité à l’écran

L’actrice est heureuse de constater que, pour ce qui est de la représentation de la diversité culturelle à l’écran, les choses changent dans le milieu.

Macha Limonchik a grandi dans le quartier de Côte-des-Neiges, en plein cœur du Montréal multiethnique, ce qui l’a rendue particulièrement sensible à cette question. Lorsque, jeune, elle est entrée à l’École nationale de théâtre, elle dit avoir vécu un immense choc culturel parce que, « tout d’un coup, tout était blanc ».

« Cela fait plus de 20 ans que je m’en plains et je vois que cela commence à réellement bouger, qu’il y a un réel désir de représenter les Montréalais [dans les théâtres de la métropole]. Je suis immensément contente et reconnaissante que le monde se réveille. »

La comédienne sera de la distribution de deux productions au Théâtre d’Aujourd’hui pour la saison 2018-2019 : ColoniséEs et Chansons pour filles et garçons perdus. Elle occupe également des rôles dans les séries télévisées Fatale-Station, Trop et Féminin/Féminin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !