•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français, un atout pour les futurs enseignants à Terre-Neuve-et-Labrador

Adolescents levant leurs mains en classe.

Les perspectives de carrière à Terre-Neuve-et-Labrador sont meilleures pour les finissants en éducation qui maîtrisent le français.

Photo : Getty Images / skynesher

Radio-Canada

Les employeurs convoitent les finissants en éducation qui maîtrisent la langue française, à Terre-Neuve-et-Labrador.

C’est l’un des constats de plusieurs étudiants qui ont visité cette semaine, à l’Université Memorial de Terre-Neuve, la foire annuelle de recrutement des enseignants.

Trouver un emploi permanent à Saint-Jean de Terre-Neuve dès la sortie de l’école est un défi pour les finissants, mais les chances de ceux-ci augmentent considérablement, partout à travers la province, s’ils maîtrisent particulièrement les sciences, les mathématiques et surtout le français.

Victoria LeDrew, une étudiante à l’université, a visité la foire, mercredi, pour explorer le marché de l’emploi en éducation, avec un intérêt particulier pour les programmes d’immersion en français.

« Je regarde présentement les programmes d’immersion française à l’école primaire, et la forte demande est très intrigante », admet-elle. Elle essaie de préciser son champ de connaissances afin d’améliorer ses chances de décrocher un bon emploi après l'obtention de son diplôme.

Un étudiant discute à un kiosque de la foire de l'emploi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La foire annuelle de recrutement des enseignants avait lieu le 16 mai 2018 à l'Université Memorial de Saint-Jean de Terre-Neuve.

Photo : CBC

Patricia Greene, directrice des services éducatifs au Conseil scolaire francophone provincial (CSFP) de Terre-Neuve-et-Labrador, corrobore les affirmations de l’étudiante.

Dans la province, il y a beaucoup de perspectives de carrière qui s’offrent aux enseignants qui ont une grande maîtrise du français, qu’il s’agisse ou non de leur langue maternelle, dit-elle.

« Ils peuvent être spécialisés en mathématiques en plus du français, alors nous avons des occasions pour eux dans nos écoles secondaires également », dit Mme Greene.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Francophonie