•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoles vétustes : la Commission scolaire de l'Estuaire se fait rassurante

Une vingtaine de jeunes enfants assis dans une classe
Une classe de l'école Ste-Marie, à Ragueneau Photo: Radio-Canada / Olivier Roy Martin
Radio-Canada

Après que le Parti Québécois a publié un communiqué de presse dénonçant la dégradation des écoles de l'ouest de la Côte-Nord, la présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire a tenu à rassurer la population.

Un texte Jean-Louis Bordeleau

Selon le député du Parti Québécois (PQ) dans René-Lévesque, Martin Ouellet, le gouvernement libéral nuit à la capacité des écoles à mettre à jour leurs infrastructures en choisissant de réduire les taxes scolaires. D'après l’interprétation que fait le PQ des données du ministère de l'Éducation, 22 écoles primaires et secondaires sur 29 , de Sacré-Cœur à Baie-Trinité, sont dans un mauvais ou un très mauvais état.

La présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire, Ginette Côté, rejette les critiques du député. « Je trouve ça déplorable qu’on se serve du rattrapage politique pour tenter d’insécuriser et de dire que nos bâtiments ne sont pas bien entretenus », dit-elle.

Ginette Côté, au micro de Radio-CanadaGinette Côté, présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

À la Commission scolaire de l’Estuaire, il n’y a aucun champignon dans nos bâtiments, aucune infiltration d’eau, aucun problème de qualité de l’air. Je veux le préciser, rassurer la population.

Ginette Côté, présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire

Le directeur aux ressources matérielles de la Commission scolaire de l’Estuaire, Stéphane Dumont, croit également que les estimations du Ministère ne correspondent pas à la réalité. Le gouvernement évalue l’état d’une école en divisant le montant des réparations prévues par la valeur de remplacement d’une école.

« [L’École primaire Monseigneur Bélanger à Baie-Comeau est] un bâtiment de 5 millions en parfait état. Par contre, on est dû pour refaire le stationnement et les poteaux électriques. [...] Si on avait à les faire immédiatement, [le coût] s’approcherait entre 900 000 $ et 1 000 000 $. Donc si on fait un calcul du bâtiment qui vaut 5 millions et qu’on a un million de travaux à faire, on pourrait se retrouver avec un bâtiment qui pourrait quand même avoir une lettre D, parce qu’on a 25 % d’indice de vétusté », explique-t-il

Martin Ouellet, député de René-Lévesque.Martin Ouellet, député de René-Lévesque. Photo : ICI Radio-Canada/Benoît Jobin

« Il y a une certitude par exemple : il y a des travaux à effectuer, plaide le député Martin Ouellet. Il y a de la qualité à préserver dans nos bâtiments scolaires. Plusieurs écoles ont plus de 60 ans. La question qu’on a aujourd’hui pour le gouvernement : pourquoi on a attendu si longtemps avant de mettre un peu d’amour dans nos écoles? »

La Commission scolaire de l’Estuaire a obtenu cette année 20 millions de dollars de la part du gouvernement pour mettre à jour ses infrastructures, selon Ginette Côté.

C’est la deuxième année qu’on va chercher un montant d’au-dessus de 20 millions pour le maintien de nos bâtiments et cette année. [...] C’est plus que les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine ensemble.

Ginette Côté, présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire

Dans son plus récent budget, le gouvernement libéral a haussé les dépenses en éducation de 5 % pour atteindre 18,9 milliards de dollars.

Côte-Nord

Éducation