•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cadre pour l’art public dans le Grand Sudbury

Murale du centre-ville de la ville du Grand Sudbury dans le Nord de l'Ontario

La Ville du Grand Sudbury évalue la possibilité de se doter d'une politique d'art public.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Radio-Canada

La Ville du Grand Sudbury veut se doter d'une toute première politique d'art public. Le comité des finances du conseil municipal a eu droit mardi à la première ébauche d'un rapport élaboré à ce sujet par le personnel de la Ville, à la demande de la conseillère Lynne Reynolds.

Le document indique que la politique éventuelle dicterait notamment les procédures d’acquisition d’oeuvres d’art public, le choix des artistes et des sites qui accueilleraient ces oeuvres.

 Jusqu’à maintenant, il fallait mobiliser plusieurs services et évaluer les situations au cas par cas, mais avec une politique, il y aura des normes en place et ça va aider à gérer tous ces dossiers-là. 

Edouard Landry, planificateur urbain à la Ville du Grand Sudbury

Le cofondateur du festival d’art urbain et de musique émergente Up Here, Christian Pelletier, estime que la Ville fait un pas dans la bonne direction.

« C’est quelque chose qu’on demande depuis longtemps. S’il y avait eu des démarches plus claires à suivre quand on a commencé à faire de l’art public en 2012, ç’aurait été plus facile pour certaines affaires », avance-t-il.

M. Pelletier émet toutefois des réserves quant à la somme annuelle de 125 000 $ allouée au financement de projets d’art public que prévoit le rapport. « C’est un assez petit budget, je suis curieux de voir comment la somme sera répartie parce qu’il y a beaucoup de travaux à faire », fait-il savoir.

Christian Pelletier, cofondateur du festival Up Here, devant un mur de graffitisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Christian Pelletier, cofondateur du festival Up Here

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

Il aimerait entre autres voir un programme qui permettrait aux commerçants de la ville de se procurer des oeuvres d’art public sur les murs de leurs établissements à faible coût.

Il y a des gens qui ont de l'espace, mais qui n’ont pas nécessairement 4000 $ pour payer les artistes et leur matériel.

Christian Pelletier, cofondateur du Festival d'art urbain et de musique émergente Up Here

Des murs de graffiti

Le rapport suggère également la légalisation du graffiti avec le consentement des propriétaires des lieux dont les murs seraient peints.

Un mur couvert de graffitisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le barrage est très prisé des graffeurs sudburois

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

La mise en oeuvre de cette mesure devrait toutefois requérir l’amendement du règlement municipal sur les normes d’entretien des propriétés, qui exige actuellement le retrait rapide du graffiti après la réception d’un avis de la Ville.

« C’est une approche qui fonctionne un peu partout sur la planète pour réduire le graffiti illégal et ce serait bien de le faire ici aussi », indique M. Pelletier.

Des consultations publiques seront organisées par la Ville et le rapport final sera soumis au conseil municipal pour approbation.

Nord de l'Ontario

Affaires municipales