•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Premières Nations de l’Ontario veulent leur université

Le grand chef de l'Ontario Isadore Day

Le chef régional de l'Ontario affirme que plusieurs membres des Premières Nations sont prêts à travailler au développement d'une université

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld (Archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef régional ontarien de l'Assemblée des Premières Nations, Isadore Day, est d'avis qu'il est temps pour le gouvernement provincial de considérer la création d'une université pour les Premières Nations de la province.

M. Day souhaite voir une institution postsecondaire qui offrirait des cours aux niveaux du baccalauréat et des cycles supérieurs et qui accorderait surtout une place de choix à la culture et aux langues des Premières Nations.

« La seule façon de réduire le fossé éducatif et d’augmenter les revenus est de s’assurer que le système d’éducation postsecondaire ­puisse accommoder [...] les cultures et les langues autochtones », affirme M. Day.

Il ajoute que les problèmes de racisme et de discrimination vont continuer tant que les Premières Nations de l'Ontario n’auront pas accès à une université fondée sur leurs valeurs.

 Nous sommes présentement dans une impasse, je crois, où toutes les universités [de la culture majoritaire] n’ont plus rien à offrir aux Premières Nations. 

Isadore Day, chef régional ontarien de l'Assemblée des Premières Nations

Le chef régional cite en exemple L'Université des Premières Nations du Canada, à Regina, en précisant que le modèle devrait être adapté aux besoins des communautés de l’Ontario.

Un tipi commémoratif à l’Université des Premières Nations à Regina Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un tipi commémoratif à l’Université des Premières Nations à Regina

Photo : Radio-Canada / Brad Bellegarde

Il reconnaît qu’il ne sera pas facile de mettre sur pied une institution d’enseignement qui reflétera l’ensemble des Premières Nations de la province, qui en compte plus de 100.

M. Day a précisé que la nouvelle université permettrait aux conseils de bande de proposer des initiatives éducatives spécifiques à leur culture.

Avec les informations de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !